amerindia n°21, 1996

Aspects de la phonologie du wayana*

Eliane Camargo

CELIA / Paris

Nous présentons dans cette étude les premiers résultats de notre analyse du système phonologique du wayana[1]. Afin d'établir les oppositions phonologiques, nous nous servons du procédé de commutation de paires minimales ; nous montrons d'abord l'inventaire des segments, ensuite les variations phonétiques les plus marquantes[2].

Il y a des syllabes V, CV, CVV, CVC, CCV ; les seules consonnes qui peuvent apparaître en coda syllabique sont les obstruantes et les nasales et celles qui apparaissent en deuxième position d'attaque sont les approximantes /w/ et /R/. La structure syllabique a une répercussion au niveau des règles de réalisation (§ 1.2. ; 2.2.) ; la consonne nasale en coda syllabique nasalise la voyelle qui se trouve en position de noyau ; le fait que la syllabe soit ouverte ou fermée a une incidence sur la réalisation des voyelles.

Deux caractéristiques saillantes du système phonologique du wayana sont : (a) deux séries de trois voyelles, l’une haute et l’autre de hauteur moyenne ; (b) une absence d'opposition de sonorité des consonnes obstruantes.

Voici un inventaire des segments vocaliques, des segments consonantiques et de leurs réalisations.

1. Voyelles

1.1. Inventaire des segments

Le système vocalique du wayana est composé de sept voyelles orales, à savoir :

Tableau I. LES VOYELLES PHONÉMIQUES

                                 - arrière                  central                      + arrière

                    -arrondi             + arrondi                        - arrondi          + arrondi

+ haut              i                                          ï                                              u

- haut E            «                                         

+ bas                                                         a

Le système vocalique complet est formé de trois voyelles hautes : /i/, /ï/, /u/; de trois voyelles moyennes : /ε/, /«/, // et d'une voyelle basse : /a/. Dans la série de voyelles hautes, l’opposition phonémique entre la centrale non-arrondie /ï/ et les voyelles /i/ et /u/ est indiquée par les commutations suivantes : /ïjε/ ‘ma mère’, /ijE/ ‘sa mère’; /Epu/ ‘pilier’, /Epï/ ‘tige’. Les voyelles de hauteur moyenne sont également commutables : /«mna / ‘sans toi’, /εmna/ ‘nous’ (1re personne du pluriel exclusif); /tï/ ‘aliment’, /«tï / ‘qu'est-ce que’ (pronom interrogatif). Il se trouve que les voyelles centrales haute et moyenne se distinguent dans un emploi grammatical, où /ï/ est la marque de la 1re personne du singulier et /«/ est celle de la 2e personne du singulier : /ïjum/ ‘mon père’, /«jum/ ‘ton père’. L’emploi fréquent d’un terme d’adresse emprunté à l’apalai permet d’opposer les voyelles centrales moyenne /«/ et basse /a/ : /«ja/ ‘par toi’, et /aja/ ‘mère’ (empr. apalai).

Voici des oppositions qui suggèrent le statut phonémique de ces voyelles. La série d’exemples (1a-f) illustre le rôle distinctif de la voyelle basse /a/ et les autres :

(1)     a. /a/-/ε/           /maku/        ‘araignée’ (sp.)

                                 /mεku/        ‘singe’ (sp.)

 

         b. /a/-/«/           /aRε/           ‘feuille’

                                 /«Rε/           ‘foie’

         c. /a/-//           /ipa/            ‘petit-fils’ (terme de parenté)

                                 /ip/            ‘êtres aquatiques’

         d. /a/-/i/            /sεRa/          ‘ne pas vouloir’

                                 /sεRi/           ‘fourmi’ (sp.)

         e. /a/-/ï/            /mawu/       ‘coton’

                                 /mïwu/        ‘sang’

         f. /a/-/u/            /kanawa/    ‘pirogue’

                                 /kunawa/    ‘crapaud’ (sp.)

Les exemples (2) illustrent l’opposition entre /ε/ et les voyelles de hauteur moyenne et haute :

(2)     a. /ε/-/«/           /εmna/         ‘nous’ (exclusif)

                                 /«mna/         ‘nez’

         b. /ε/-//           /pi/             ‘piaba’ (poisson - sp.)

                                 /εpï/             ‘plante'

         c. /ε/-/i/            /εmna/         ‘nous’ (exclusif)

                                 /imna/          ‘sans lui’

         d. /ε/-/ï/            /εmna/         ‘nous’ (exclusif)

                                 /ïmna/          ‘sans moi’

         e. /ε/-/u/           /aRε/            ‘feuille’

                                 /aRu/            ‘crapaud’ (sp.)

Les exemples (3) opposent la voyelle /«/ aux voyelles hautes /i/ et /ï/ et à la voyelle moyenne // :

(3)    a. /«/-//            /«tï/              ‘Qu'est-ce que ?’(pronom interrogatif)

                                 /tï/              ‘nourriture’ (gén.)

         b. /«/-/i/            /«jε/             ‘ta mère’ (terme de parenté)

                                 /ijε/              ‘sa mère’

         c. /«/-/ï/             /«jε/             ‘ta mère’

                                 /ïjε/              ‘ma mère’

         d. /«/-/u/           /«mït/           ‘visage’

                                 /umït/           ‘un morceau de’

La série d’exemples (4) montre la distinction entre la voyelle moyenne // et les voyelles hautes /i/, /ï/ et /u/ :

(4)     a. //-/i/            /sk/          ‘manioc’ (sp.)

                                 /siku/           ‘urine’

         b. //-/ï/            /εp/           ‘bon’

                                 /εpï/            ‘medicament’

        

         c. //-/u/           /εp/           ‘bon’

                                 /εpu/           ‘manche’, ‘pilier (d'une maison)’

Les exemples (5) illustrent l’opposition entre les voyelles hautes :

(5)    a. /i/-/ï/              /ijum/          ‘son père’ (terme de parenté)

                                 /ïjum/          ‘mon père’

         b. /i/-/u/             /sisi/            ‘soleil’

                                 /susu/          ‘poitrine’

         c. /ï/-/u/             /aRu/           ‘crapaud’ (sp.)

                                 /aRï/            ‘dedans’

Enfin, la série d’exemples (6) illustre le rôle distinctif de la voyelle d’arrière /u/ et des voyelles dont le point d'articulation est voisin :

(6)     a. /u/-/ï/           /tukaj/          ‘allumer le feu’

                                /tïkaj/           ‘dire’

         b. /u/-//          /tukuj/          ‘colibri’

                                /tkj/          ‘couper’, ‘opérer’

1.2. Règles de réalisation

Nous avons identifié deux règles de réalisation : (a) une règle de nasalisation et (b) une règle de relâchement.

1.2.1. Règle de nasalisation

Lorsque la syllabe a une consonne nasale en position de coda, il y a propagation de la nasalité de la consonne vers la voyelle qui la précède. Les deux consonnes nasales /m/ et /n/ peuvent apparaître en coda.

• /m/

(7)     a. /sampεRε/     >       [hŒ)m'pεR«]       ‘perles végétales’ (sp.)

         b. /t«sεm/         >       [t«'hε)m]            ‘aliment du monde animal’

         c. /nït«m/          >       ['nït«)m]             ‘Il est allé.’

         d. /pεjnm/       >       ['pεjnP)m]         ‘œuf de reptile’

         e. /asimsak/      >       [Œ'Simha/]        ‘vite’

         f. /sawïm/         >       [ha'wï)m]           ‘clarté’

         g. /kuRum/        >       [ku'Ru)m]           ‘vautour’ (sp.)

• /n/

(8)     a. /kanp«/         >       ['kŒ)np«]             ‘boucané’

         b. /kp«nma/    >       [kp«)n'mŒ)]         ‘grandes pluies’

         c. /akn/           >       [a'kP)n]               ‘son frère’ (du même sexe qu'Ego)

         d. /jakin/           >       [ja'ki)n]                ‘fin’ (adjectif)

         e. /kpïn/          >       [k'pï)n]               ‘mauvaise herbe’

Une consonne nasale en position d’attaque peut nasaliser la voyelle noyau de la syllabe qui la précède lorsqu’il s’agit de la voyelle basse /a/ en syllabe accentuée :

(9)     a. /taRani/            >          [ta'RŒ)ni]            ‘poisson’ (sp.)

         b. /tuntuRamε/     >          [tuntu'RŒ)mε]     ‘Il est couché par terre.’

         c. /wajana/          >          Œ'jŒ)nŒ][3]         ‘Wayana’ (ethnie)

A Suwi Suwi mïin[4], ce phénomène peut également se produire avec la voyelle haute /i/. La consonne nasale en coda nasalise la voyelle qui la précède et se palatalise : /wεjn«/ > ['w«jø«] ‘été' ou /inεtkapatp«/ ‘trace’ > [i'øεtka'patp«] (en débit rapide) ou [i'nεtka'patp«](en débit lent).

Les exemples (10) illustrent l’application à un même mot de la nasale en coda vers le noyau et aussi la nasalisation progressive sur la voyelle /a/.

(10)   a. /uRumna/         >          [µ'Ru)mnŒ)]        ‘sans manioc’

         b. /uRunma/         >          [µ'Ru)nmŒ)]        ‘beaucoup de manioc’

         c. /ipk«nma/      >          [i'pk«)'mŒ)]       ‘très bien’ ; ‘C'est très bien.’

1.2.2. Règles de relâchement

Lorsque la consonne en attaque de syllabe est une sonante, c’est-à-dire une nasale /m/ ou /n/, une approximante /w/ ou /j/ ou la vibrante /R/, la voyelle en position de noyau syllabique a une réalisation non-tendue. Ce relâchement a lieu en syllabe non-accentuée[5]. Par ailleurs, ces voyelles se réalisent tendues dans une position accentuée[6] :

(9)    a. /i/ > [I] :        /sipaRi/      >     [_i'paRI]      ‘raie’ (poisson-sp.)

         b. /ï/ > [Ï] :        /isRï/        >     [i'SRÏ]         ‘chute d'eau’

         c. /u/ > [µ] :     /juju/         >     ['jujµ]         ‘petite plaie’

                                 /muRε/       >     [mµ'Rε]      ‘enfant’

Ce relâchement peut être formulé en introduisant le trait phonétique redondant appelé "avancement de la racine de la langue" ou ATR (en anglais Advancement of the Tongue Root, Kenstowicz, 1994) ; les voyelles phonologiques hautes /i/, /ï/, /u/ auront une valeur [+ ATR] de ce trait et les réalisations relâchées une valeur [-ATR] :

                              [+ ATR]        [-ATR]

                                   i               I

                                   ï               Ï

                                   u              µ

Les voyelles de hauteur moyenne /ε/ et // se relâchent également et deviennent centrales [«] et [P] respectivement. Nous avons relevé cette réalisation dans des mots monomorphémiques à syllabes ouvertes, (11a-c, 12a-c), ou alors dans des mots monomorphémiques à syllabes fermées, mais dont la coda syllabique est une consonne nasale finale de mot (10d-e). Les exemples (11) illustrent la centralisation de la voyelle // et ceux en (12) celle de la voyelle /ε/.

// > [P]

(11)   a. /ajm/         >       ['ajmP]        ‘jeune homme’ (terme d'adresse)

         b. /akR/         >       ['agñP]         ‘mousse de l'eau’

         c. /pεjt/        >       ['pεjtP]        ‘employé’

         d. /wijm/       >       ['wijP)m]      ‘tordu’

         e. /akn/         >       ['akP)n]        ‘son frère’, ‘autre’

/ε/ > [«]

(12)   a. /εRuwa/      >       [«Rµ'wa]    ‘homme’

         b. /wεnaRu/    >       «'naRµ]   ‘vomissement’

         c. /sajkanε/    >       [haj'kan«]   ‘poisson’ (sp.)

Le relâchement vocalique est noté également dans la transcription phonétique des exemples fournis par De Goeje qui a travaillé sur le wayana du Surinam (Études linguistiques caraïbes, 1968). Prenons dans cet ouvrage le mot /«sεma/ ‘chemin’. L'auteur signale deux prononciations : [ε'hεma] ou [«'hema], où /ε/ est neutralisé en [«] en syllabe non-accentuée. D’après nos observations, les neutralisations ont lieu surtout en débit rapide et en syllabe non-accentuée. Pour l'exemple en question, la réalisation est /´'sεma/ chez les Wayana du Brésil.

Enfin, la voyelle basse /a/ a aussi une réalisation centralisée [å] en syllabe non-accentuée.

/a/ > [Œ]

(13)   a. /aRuwa/           >          [ŒRµ'wa]            ‘miroir’

         b. /waRa maRi/     >          ['waRŒ 'maRI]       ‘boa’ (sp.)

1.2.3. L'harmonie vocalique

En relation au relâchement que nous venons de présenter, on observe une tendance à l'harmonie vocalique dans les entrées lexicales. L’harmonie vocalique est un phénomène attesté dans d’autres langues caribes comme le kuikúro (Franchetto, 1995) et le kaxuyâna (Paula, 1970, 1980,1983 - ce dernier cité par Franchetto). En wayana, on observe cette tendance à l’harmonie dans des entrées lexicales qui contiennent une suite de deux ou plusieurs voyelles identiques de hauteur moyenne /ε/ ou // qui se trouvent en syllabe ouverte. On trouve deux réalisations de ces morphèmes harmoniques : soit les deux voyelles sont tendues, soit les deux voyelles sont relâchées. Ces réalisations enfreignent la règle de relâchement proposée au paragraphe précédent 1.2.2. dans le sens où la voyelle accentuée et la voyelle non-accentuée ont la même valeur ATR, ce qui est illustré par les exemples (14) et (15) :

/ε/ > [ε]/[ «]

(14)   a. /wεwε/         >            [wε'wε]/[w«'w«]             ‘bois’

         b. /RεRε/           >            [Rε'Rε]/[R«'R«]                  ‘chauve-souris’

         c. /mujεRε/        >            [mµjε'Rε]/[mµj«'R«]       ‘banc zoomorphe’

// > []/[P]

(15)   a. /kRR/        >       [k'RR]/[kP'RPRP]                ‘banc’

         b. /sRR/        >       [h'RR]/ [hP'RPRP]               ‘grand tinamou’ (volaille - sp.)

         c. /pakR/       >       [pa'kR]/[pa'kPRP]               ‘maison’

         d. /RRi/           >       ['RRI]/[P'RPRI]                     ‘iguane’

         e. /pt/          >       ['pt]/[P'pPtP]                    ‘natte’

         f. /katnm/      >       [kat'n)m]/[katP'nP)m]           ‘araignée’ (sp.)

         g. /tkn/          >       [t'k)n]/[tP'kP)n]                    ‘son propre frère’

Le noyau, représenté par une voyelle moyenne /ε/ ou //, se maintient ouvert si la coda est une occlusive comme l'illustrent les exemples ci-dessous :

(16)   a. /ktktR/    >       ['ktk'tR]        ‘cigale’                 (*[kPtkPtPRP]

         b. /muRkt/     >       [mµ'Rkt]         ‘poisson’ (sp.)      (*[mµ'RPkPt])

Lorsqu'un lexème contient des voyelles moyennes en syllabe fermée, elles ne sont pas soumises au relâchement (17, 18). La combinaison dans un même lexème des voyelles /ε/ et // n'est pas observée que si ces voyelles se trouvent en syllabe fermée, comme l'illustre l'exemple (18c) :

// > []

(17)   a. /iRpta/     >       [i'Rpta]         ‘racine profonde’

         b. /muRk/   >       [mµ'R/]       ‘piaba’ (poisson - sp.)

         c. /nt/       >       ['nt]            ‘roucou’

/ε/ > [ε]

(18) a. /pεpta/       >       ['pεpta]            ‘grand’

         b. /ipεt/        >       [i'pεt]               ‘sa cuisse’

         c. /εtpt/      >       ['εtpt]             ‘pilosité du visage (barbe, moustache)’

1.2.4. La longueur vocalique

Dans d'autres langues de la famille caribe comme le kali’na[7] (Lescure, 1982), il existe une opposition phonologique entre voyelles brèves et voyelles longues. Nous avons relevé dans nos données quelques paires minimales qui concernent les voyelles haute d’arrière /u/ et basse /a/. Dans les cas rencontrés, la longueur vocalique affecte surtout les voyelles en syllabe ouverte (19-20).

/a/-/aa/

(19)   a. /maka/          >            [ma'ka]            ‘C'est fini.’

         b. /maaka/        >            ['ma:ka]           ‘mangue’

/u/-/uu/

(20)   a. /pupu/           >            [pu'pu]             ‘pied’

         b. /puupuu/       >            ['pu:pu:]           ‘tortue d'eau’

(21)   a. /uRu/             >            [µ'Ru]             ‘manioc’

         b. /uuRu/           >            ['u:Rµ]             ‘or’

(22)   a. /up/             >            [u'p]               ‘vêtement’

         b. /uup/           >            ['u:p]              ‘Il a demandé.’

Il existe aussi des cas d'allongement des voyelles /a/ et /u/, mais dans des contextes où leur opposition avec des voyelles brèves n'est pas attestée.

[a:]

(23)   a. [a:'piεXpε]    ‘état d'éveil nocturne d'enfant qui pleure’

         b. ['ma:]           ‘ainsi’ (introduction du narratif)

[u:]

(24)   a. [a'pu:k««]     ‘Ferme !’

         b. ['hu):mŒ)n]      ‘motif graphique’ (sp.)

         c. ['pu:t«)n]        ‘celui qui applique la piqûre de fourmi chez les initiés’

         d. ['tu:pa]         ‘nom propre’

         e. ['tu:pkε]        ‘profond’

On a relevé quelques réalisations d'allongement des voyelles [:] et [i:], mais ici encore on n'a pas trouvé d'oppositions avec les voyelles brèves correspondantes :

[:]

(25)   a. [mi'k:mε]           ‘Il rentre le ventre.’

         b. [t«hεhε'w:hε]     ‘s'étrangler’

         c. [a'n:tp]             ‘planche’ (pour poser la galette de manioc au soleil)

[i:]

Chez certains locuteurs, on observe une variation libre entre voyelle brève [i] et voyelle longue [i:] dans des mots tels que :

(26)   a. /εsikε/          >            [ε'Sik«]/[ε'Si:k«] ‘pour cette raison’

         b. /masikε/       >            [ma'Sik«]/[ma'Si:k«] ‘alors’, ‘pour cette raison’.

La réalisation brève reste néanmoins la plus fréquente. Il est aussi intéressant de souligner que chez d'autres locuteurs, une voyelle longue est équivalente à une voyelle brève suivie d’un coup de glotte :

(27)   a. [mi'k:mε]/[mi'k/]          ‘rentrer le ventre’

         b. ['ha:paw]/['ha/paw]              ‘savon’ (empr. ptg.)

Par ailleurs, en apalai[8], langue également caribe, une séquence d’une voyelle simple et d’un coup de glotte est fréquente ; à débit lent, le locuteur marque bien la présence d’une voyelle longue à la place de la voyelle simple suivie d’un coup de glotte. On peut penser que le cette réalisation remplace une ancienne voyelle longue. Pour ce qui est du wayana, il est difficile de proposer une corrélation de longueur d’après le nombre restreint de cas relevés. Les paires minimales (19-22) portent à croire qu’il s’agit d’une opposition qui a pu être productive auparavant comme dans les autres langues caribes, mais qui est en voie de disparition.

Le tableau II fait une synthèse des réalisations des sept voyelles phonémiques présentées dans le tableau I :

Tableau II. LES VOYELLES PHONÉTIQUES

                                           -arrière                      central                    +arrière

                                 -arrondi      +arrondi                                -arrondi          +arrondi

     + haut [+ATR]                i                                    ï                                          u

     + haut [-ATR]                    I                                Ï                                        µ

     - haut [-ATR]                                                      «         P

     - bas [+ATR]                     ε                                                                      

     + bas [-ATR]                                                              Œ

     + bas [+ATR]                                                     a

2. Consonnes

2.1. Inventaire des segments

Le système consonantique comprend neuf segments. On y trouve cinq consonnes coronales, trois labiales mais seulement une vélaire.

     Tableau III. LES CONSONNES PHONÉMIQUES

                                                    labiale     coronale     vélaire

     obstruantes        occlusive            p            t                k

                               fricative                            s

                               nasale                 m           n

     sonantes             vibrante                            R

                               approximante      w           j

Les exemples (28-30) illustrent l'opposition des consonnes obstruantes[9]:

(28)  a. /p/-/t :        /pasi/      ‘acouchi’

                             /tasi/       ‘sœur’, ‘belle-sœur’ (terme d'adresse)

        b. /p/-/k/ :     /εpu/      ‘anse’

                             /εku/      ‘fleur’

        c. /p/-/s/ :      /pipi/      ‘époux potentiel’ (terme d’adresse)

                             /sisi/       ‘soleil’

(29)   a. /t/-/k/ :      /imta/      ‘bouche’

                             /imka/     ‘lac’

         b. /t/-/s/ :      /pita/       ‘bouton’

                             /pisa/      ‘balais’

(30)  /k/-/s/ :         /kk/    ‘nuit’

                             /sk/     ‘manioc’ (sp.)

Les consonnes nasales labiale et coronale se distinguent des consonnes orales de même point d'articulation comme montrent les exemples ci-dessous :

(31)   /m/-/p/ :        /tman/     ‘maison de toit circulaire sur les extrémités’

                             /tpan/      ‘maison rectangulaire’

(32)   a. /n/-/t/ :      /wεnεp/      ‘J'ai apporté.’

                             /wεtεp/       ‘ventre’

         b. /n/-/s/ :     /pina/          ‘épingle à nourrice’

                             /pisa/          ‘balais’

(33)   /m/-/n/ :        /mït«m/       ‘Tu es allé.’

                             /nït«m/        ‘Il est allé.’

L'opposition entre les approximantes labiale /w/ et coronale /j/ est illustrée en (34a) et celle entre les approximantes et la vibrante en (34b-c) :

(34)   a. /w/-/j/ :     /wj#tïkaj/   ‘Il a respiré.’

                             /jj#tïkaj/     ‘Il dit lézard.’

         b. /w/-/R/ :    /ajawa/        ‘aurore’

                             /jaRap/         ‘planche pour poser la vaisselle’

                             /mawi/         ‘tinamou noir’

                             /maR«/         ‘avec’

         c. /j/-/R/ :      /tajaja/         ‘flûte’ (sp.)

                             /taRaRa/        ‘foudre’

L'opposition entre /R/ et les autres consonnes coronales est illustrée ci-dessous :

(35)   a. /R/-/t/ :      /paRu/         ‘banane’

                             /patu/          ‘assiette’ (empr. ptg.)

         b. /R/-/s/ :     /piRa/          ‘pile’ (empr. ptg.)

                             /pisa/          ‘balais’

         c. /R/-/n/ :     /piRa/          ‘pile’

                             /pina/          ‘épingle à nourrice’

Cet aperçu des consonnes montre qu'il y a en wayana cinq consonnes qui sont parmi les plus fréquentes dans les langues : /p/, /t/, /k/, /s/, /n/ et que le lieu d'articulation coronal est le mieux représenté. Il faut souligner qu'il n'existe pas d'opposition de voisement ; les occlusives et les fricatives ont des réalisations voisées qu'on doit dériver par des règles de réalisation.

2.2. Règles de réalisation

La réalisation des consonnes de l'inventaire (2.1.) est affectée par les processus suivants :

         a.       voisement des occlusives ;

         b.      lénition des occlusives ;

         c.       palatalisation des coronales /t/ et /s/ ;

         d.      nasalisation des occlusives ;

         e.       glottalisation de la vélaire /k/ ;

         f.       laryngalisation de la fricative /s/ ;

         g.       vélarisation de la fricative /s/ ;

         h.       variation contextuelle des approximantes /w/ et /R/.

2.2.1. Règles de réalisation des occlusives

Les processus généraux qui affectent les occlusives sont le voisement (2.2.1.1.), la lénition (2.2.1.2.), la nasalisation (2.2.1.3.), la palatalisation (2.2.1.4.) et la glottalisation (2.2.1.4.). Les règles de réalisation de chacun de ces processus sont exposées ci-dessous :

2.2.1.1. Voisement

Le voisement est un processus qui a lieu entre morphèmes soit en position interne de mot (36a-b, 37a, 38a) soit à travers une frontière de mot (36c-d, 37b-e, 38b-c). Lorsqu'une consonne occlusive en coda syllabique est en contact avec un morphème qui commence par un segment sonant, on a une propagation régressive du voisement du segment sonant. Celui-ci peut être une voyelle, une approximante /w/ ou /j/[10] ou la vibrante /R/.

La série d’exemples (36-38) montre la sonorisation de la labiale /p/ > [b], de la coronale /t/ > [d]/[ï] et de la vélaire /k/ > [g] à l'intérieur du mot et entre mots :

• /p/ > [b]

(36)   a. /w-εnεp-jaj/               >        [wε'nεbjaj]            ‘Je l'apporte.’

         b. /n-εpn«p-jai/            >        [nεp'n«bjai]         ‘Il est triste.’

         c. /εkumtp#ijε/             >        [εku)m'tbi'jε]        ‘quenouille’

         d. /«tap#waj/                  >        [«'tabwaj]              ‘Je suis couché dans un hamac.’[11]

• /t/ > [d]/ [ï]

(37)   a. /w-akRit-jaj/               >        [w-a'gñiïiaj]           ‘Je lave.’ (les assiettes)

         b. /wapt#akkn/           >        ['wap'daXkP)n]    ‘bois de chauffage’

         c. /εtat#εwapt«/             >        [ε'tadε'wapt«]       ‘Il a attaché son hamac.’

         d. /εtat#isian/                  >        [«'taïi'hiŒ)n]            ‘hamac neuf’

         e. /εtat#waj/                   >        [«'tadwaj]             ‘Je suis dans le hamac.’

(37a) montre une palatalisation de /t/ devant des segments palatales sonants d'où la réalisation palatale de la coronale : /t/ > [ï].

• /k/ > [g]

(38)   a. /imiRik-ja/                   >        [imi'Rigja]                       ‘Il dessine.’

         b. /maw#p«k#waj/         >        [maw'p«gwaj]                ‘Je travaille le coton.’

         c. /paRasisi#tapεk#waj/  >        [pa'RaSi'Si ta'pεgwaj]      ‘Je ne suis pas français.’

Dans notre corpus actuel, il existe des cas de sonorisation intramorphémique de la vélaire /k/ suivie de l'approximante /w/ et de la vibrante /R/, illustrés dans (39-40) :

(39)   a. /jakwε/                       >        ['jagw«]                 ‘doux’

         b. /pajakwa/                   >        [pa'jagwŒ]             ‘japim'’ (oiseau - sp.)

         c. /tunakwata/                >        [tu'nagwŒ'ta]         ‘bord de la rivière’

         d. /kwaRakwa/               >        [gwŒ'RagwŒ]         ‘crapaud’ (de petite taille - sp.)

         e. /kwakwa/                   >        ['gwŒgwŒ]             ‘bouillir de l'eau’ (onomatopée)

La série d'exemples (40) montre que la vibrante /R/ est postériorisée au contact de la consonne vélaire et elle se réalise post-alvéolaire [ñ].

(40)   a. /akR/                         >        ['agñP]                   ‘mousse de l'eau’

         b. /εkRt/                        >        ['εgñt]                  ‘nuage’

         c. /kuRεkRε/                    >        [ku'Rεgñ«]              ‘embaúba’ (arbre - sp.)

         d. /takRamaj/                  >        [tagña'maj]             ‘Il a rangé.’

         e. /takRi/                         >        ['tagñi]                   ‘grillon’

         g. /muRε#apsik#R«k«n/ > [mµ'RεapSigñ«k«)n]         ‘L'enfant est vraiment petit’

Les exemples (39, 40a-e) montrent que l’occlusive et la sonante se trouvent dans l’attaque d’une syllabe CCV. Ceci suggère que la sonorisation est liée à la syllabation et que dans les exemples (36-38) il doit se produire une resyllabation. Ceci fait que la consonne en coda passe à l’attaque de la syllabe suivante, lorsqu’un morphème ou un mot à consonne sonante initiale y sont ajoutés.

2.2.1.2. Lénition des occlusives

La lénition est un procédé d’affaiblissement qui affecte les consonnes occlusives en coda syllabique lorsqu’elles sont suivies d’une occlusive ou d’une nasale de même point d’articulation en attaque de la syllabe suivante ; d’une part les occlusives deviennent fricatives, d’autre part elles perdent leur point d’articulation et deviennent uvulaires.

Le changement de la première occlusive des séquences /pp/, /tt/, /kk/ en fricative uvulaire peut être vue comme une lénition et aussi comme une dissimilation du point d’articulation et du mode d’articulation[12].

• /pp/ > [Xp]

La séquence /pp/ se réalise [Xp] en position intramorphémique (41a-d), en frontière morphémique (41e) et entre mots (41f) :

(41)   a. /appε/                        >        ['aXpε]                  ‘mensonge’

         b. /Rapp/                       >        ['RaXp]                ‘tatou’ (sp.)

         c. /m«ppak/                    >        ['m«Xpa/]             ‘fourmi’ (sp.)

         d. /t-ppRj/                 >        ['tXpRj]            ‘Il est enflammé.’

         e. /t-«nεp-pj/                >        [t«'nεXpj]            ‘Il le fait apporter’

         f. /awap#pit«/                 >        [Œ'waX'pit«]          ‘Attends un peu !’

• /tt/ > [Xt]

Parallèlement, la séquence /tt/ > [Xt] apparaît en position intramorphémique (42a), en frontière morphémique (42b) et entre mots (42c):

(42)   a. /tïttït«j/                        >        ['tïXtït«j]                ‘crépuscule’

         b. /t-apεttaj/                   >        [ta'pεXtaj]             ‘(Sa santé) s’est améliorée.’

         c. /wapt#tïkaj/              >        [wa'pXtïkaj]        ‘— Du feu, il dit.’

Le nom ‘forêt’ /itu/ a deux réalisations : suivi d'un morphème à consonne initiale /t/, il se comporte comme s’il y avait une consonne /t/ finale (43a-d) ; ailleurs, il se réalise [itu] comme dans (43e). Il semble que la consonne coronale finale soit en voie de disparition.

(43)   a. /itut-ta/                           >     [i'tuXtaµ]                    ‘en forêt’

         b. /itut-tak/                          >     [i'tuXta?]                      ‘vers la forêt’

         c. /itutmat/                         >     [i'tuXmat]                   ‘maître de la forêt’

         d. /itut-tajR«#n-um«k/[13]        >     [ituX'tajR«'num«/]        ‘Il vient par la forêt.’

         e. /itu#pεpta-mε-nma/         >     [i'tupεp'tam«)n'mŒ)]        ‘La forêt est imense.’

• /kk/ > [Xk]

La suite consonantique de deux vélaires présente également une uvularisation : /kk/ > [Xk], lors d’une position intramorphémique (44a-b), ou entre morphèmes (44c-d) :

(44)   a. /akkn/                       >        ['aXkP)n]               ‘bûche’

         b. /t-ïsakkaj/                  >        [tï'haXkaj]             ‘Il est déchiré.’; ‘C'est fissuré.’

         c. /«tuk-k«/                    >        [«'tuXk«]               ‘Mange !’

         d. /m«k-k«/                    >        ['m«Xk«]               ‘Viens !’

Chez certains locuteurs, on remarque une variation libre entre [Xk] et [/k] lors d'un contexte avec une voyelle d'arrière : /tïtkkaj/ ‘casser au milieu de’ > [tï'tXkaj]/[tï't/kaj].

Lorsque la consonne soumise à la lénition est la labiale /p/, elle peut garder son point d'articulation après la voyelle d'arrière /u/ (45b-c), /pp/ > [¸p]. Walter Jackson (1972) mentionne ce phénomène tout en signalant la distinction lexicale entre les termes (45a-b). On signale que la fricative labiale [¸] apparaît dans d’autres langues caribes comme le txikão (Emmerich, 1994 : 70).

(45) a. /upak/               >       ['upa/]             ‘Il y a quelque temps.’

         b. /uppak/           >       ['u¸pa/]           ‘autrefois’, ‘jadis’

         c. /uppRku/      >       ['u¸p'Rku]     ‘plus grand que’

On remarque une tendance à l'uvularisation de cette fricative labiale auprès de certains locuteurs : /uppakta/ ‘autrefois’, ‘jadis’ > ['u¸pa?'taµ]/['uXpa/'taµ].

Les occlusives /p/ et /t/ en coda syllabique se fricativisent et deviennent uvulaires lorsqu'elles sont au contact des consonnes nasales /m/ et /n/ sur le même point d'articulation.

• /pm/ > [Xm]

(46)   a. /ipm/                >            ['iXmP]               ‘œuf de gallinacé’

         b. /tupmj/            >            ['tuXmj]            ‘frapper’

         a. /wεtεp-mε/        >            [wε'tεXmε]         ‘C'est du ventre.’

•/tn/ > [Xn]

(47)   a. /atnεp/               >            ['aXnεp]             ‘arachide’

         b. /εtnaj/               >            ['εXnaj]              ‘maïs’

         c. /«kR«t-nε/          >            [«'gñ«Xn«]          ‘Il a traversé.’ (la rivière)

2.2.1.3. La nasalisation des occlusives

Lorsqu'une occlusive et la nasale ne partagent pas le lieu d'articulation, il se produit une propagation régressive du trait nasal de la consonne en attaque vers la consonne en coda qui la précède. La consonne nasalisée garde son point d'articulation : labiale (48), coronale (49), et vélaire (50).

• /pn/ > [mn]

(48)   /jεp-nε/                 >       ['jε)mn«]            ‘Il est fiévreux.’

• /tm/ > [nm]

(49)   /εtat-mε/               >       [«'tŒ)nmε]         ‘C'est un hamac.’

•/km/ > [÷m]

(50)   a. /t-ïsuk.maj/        >       [tï'Su)÷maj)]          ‘Il a sucé.’

         b. /tïk.mε/             >       ['tï)÷mε]              ‘froid’,‘calme’

         c. /t«k.mε/             >       ['t«)÷mε]             ‘lourd’

         d. /ipk#man/        >       [ip)÷mŒ)n]          ‘Il est bien.’

Les exemples (50) sont particulièrement intéressants parce qu’ils montrent qu’une consonne occlusive nasalisée par la consonne qui la suit nasalise à son tour la voyelle qui la précède. Ceci donne une indication quant à l’ordre d’application de ces règles phonologiques.

La propagation de la nasale peut être représentée de la façon suivante :

                                  C.occl. + CN

                                          \        |

                                            [+nasal]

2.2.1.4. Palatalisation

La consonne coronale /t/ se palatalise en [c] devant les voyelles d’avant haute /i/ (51a-c) et moyenne /ε/ (52a-b). Dans le premier cas, elle est palato-alvéolaire [c], dans le second elle est alvéolo-palatale [þ].

(51)   a. /panti/                         >        ['pŒ)nci]                        ‘ceinture masculine de coton’

         b. /uRuptiRε/                    >        [µRup'ciR«]                  ‘manioc’ (sp.)

         c. /t-jεp-sε#waj/            >        [cjεphε'waj]                 ‘J’ai de la fièvre.’

(52) a. /akiRimatε/                    >        [akiRi'maþε]                 ‘mauvais’ (pour les animaux)

         b. /tuna#asaRamatε/        >        [tu'naŒhaRa'maþε]        ‘eau froide’ (du ruisseau)

On observe une réalisation palatalisée de /t/ devant la voyelle haute /ï/ en syllabe non-accentuée et à débit rapide. Contrairement à la précédente, il s'agit d'une palatalisation facultative.

                                                             [tï'Si/taj]

(53)   a. /tïsiktaj/ ‘Il a uriné.’               <

                                                             [cï'Si/taj]

                                                              [tï'jεphε]

         b. /tïjεpsε/ ‘Il est fiévreux.’        <

                                                              [cï'jεphε]

Une séquence allomorphémique de /t/ et de /sε/ a la même réalisation alvéolo-palatale que celle d'une séquence /tε/ > [þε] qui peut varier entre occlusive et affriquée :

(54)   a. /asaRamat-sε/             >        [ahaRŒ'macε]         ‘Il est devenu froid.’

         b. /t-εnat-sε/                  >        [t«'naþε]                ‘Il a fini.’       (‘Il a voulu finir.’)

         c. /t-«p«R«t-sε/               >        [t«p«'R«þε]            ‘Il a pêché.’(‘Il a voulu pêcher.’)

         d. /t-«pεkat-sε/              >        [t«pε'kacε]            ‘Il a acheté.’ (‘Il a voulu acheter.’)

         e. /t-uput-sε/                  >        [tu'puþε]               ‘Il a rempli.’ (‘Il a voulu remplir.’)

2.2.1.5. Glottalisation de /k/

La consonne vélaire /k/, en coda syllabique, perd son point d'articulation et se réalise comme une occlusion glottale [/] soit en finale de mot (55) soit lorsqu'elle est suivie d'une consonne sourde en attaque de la syllabe suivante (56) :

(55)   a. /iRak/                      >       [i'Ra/]                         ‘fourmi “flamande”’ (sp.)

         b. /nap«k/                  >       [na'p«/]                     ‘taro’ (variété de tubercule)

         c. /jRk/                   >       [j'R/]                       ‘être de la forêt’

(56)   a. /takpiRεm/              >       [ta/pi'R«)m]                 ‘rouge’

         b. /t«wkpaj/             >       [t«'w/paj]                 ‘donner à boire à quelqu’un’

         c. /t«wεkakpaj/          >       [t«wε'ka/paj]             ‘naître’

         d. /εR«k-tp/              >       [ε'R«/tp]                   ‘travail’

         e. /t-«tuk-sε/              >       [t«'tu/hε]                    ‘Il a mangé.’

         f. /t-ïnïk-sε/                >       [tï'nï/hε]                     ‘Il a dormi.’

En dehors de l'occlusion glottale dérivée des exemples (56-57), cette consonne n'apparaît que dans le langage hypocoristique et toujours en début de mot :

(57)   a. ['/j)]                        ‘dormir’, ‘faire dormir’

         b. ['/P)÷ka]                    ‘Dors bébé !’

         d. ['/«)÷ka]                    ‘Fais caca !’

         d. ['/k«'aXnP]                ‘Il est fâché.’

         e. ['/ka/]/['/Xka/]        ‘Jette-le !’

2.2.2. Règles de réalisation des fricatives

On relève trois processus qui affectent la réalisation des fricatives : la palatalisation (2.2.2.1.), la laryngalisation de /s/ (2.2.2.2.) et la vélarisation de /s/ (2.2.2.3.).

2.2.2.1. La palatalisation de /s/

La palatalisation régressive est commune à l'occlusive /t/ et à la fricative /s/, alors que la palatalisation progressive n'affecte que la fricative :

(58)   a. /asi/              >       [a'Si]                          ‘piment’ (gén.)

         b. /kapasi/        >       [kapa'Si]                    ‘tatou’ (sp.)

         c. /siktaRε/        >       ['Si/ta'Rε]                   ‘Citaré’ (nom d'un affluent du Paru)

         d. /sisi/             >       [Si'Si]                         ‘soleil’

         e. /siRik«/          >       [SiRI'k«]                     ‘étoile’

         f. /isawan/         >       [iSa'wŒ)n]                   ‘plage’, ‘sable’

         g. /isRï/            >       [i'SRI]                       ‘chute d'eau’

         h. /isu/              >       [i'Su]                          ‘crevette’

         i. /kasiRi/           >       [kaSi'Ri]                      ‘boisson fermentée à base de manioc’

         j. /sεRinka/        >       [S«'Ri÷ka]                  ‘caoutchouc’

La palatalisation de la coronale /s/ > [S] est repérée chez les Wayana du Brésil ; chez ceux du Maroni, c'est /s/ > [s] qui demeure : [kasi'Ri]. Cependant, dans l'entourage de la voyelle haute d'avant /i/, on peut avoir une uvularisation de la coronale comme illustrée dans (37d).

2.2.2.2. La laryngalisation de /s/

Lorsque la coronale /s/ en attaque de syllabe est précédée par une occlusive (59), une nasale (62c) en coda, elle devient laryngale. Elle devient également laryngale lorsqu'elle est précédée d'une voyelle (59d). Ceci se produit toujours en frontière morphémique.

(59)   a. /t-«nεp-sε/                 >        [t«'nεphε]              ‘Il a apporté.’          

         b. /t-«tuk-sε/                  >        [t«'tu/hε]               ‘Il a mangé.’

         c. /uRakanum-sε/            >        [u'Rakanu)m'hε]      ‘Il a chassé.’

         d. /t-«tu-sε/                    >        [t«'tuhε]                 ‘Il a parlé.’

Les exemples (54) montrent sa réalisation alvéolo-palatale lorsqu'elle est au contact de la coronale /t/.

Lorsque la coronale /s/ est précédée de la voyelle haute /i/, la palatalisation de cette voyelle freine le processus de laryngalisation et elle se réalise palatale, comme illustrent les exemples suivants :

(60)   a. /isε#waj/              >       [i'Sεwaj]           ‘Je le veux.’/‘J'en veux.’

         b. /tuna#sε#waj/      >       [tuna'hεwaj]     ‘Je veux de l'eau.’

Ce passage de [s] vers [h] est un processus diachronique caractéristique du wayana. Dans d'autres langues caribes, comme l'apalai, le cognat de /sE/ ‘vouloir’ du wayana n'est pas soumis à la laryngalisation (61). On trouve des correspondances systématiques dans le lexique entre [h] du wayana et [s] de l'apalai, illustrées dans (62) :

(61)   /tï#sε#ma/         >       ['tïsε'ma]             ‘Que veux-tu?’          (apalai)

         /«tï#sε#man/       >       [´'tïhε'mŒ)n]           ‘Que veux-tu?’          (wayana)

                                                         APALAI               WAYANA

(62) a. chasser                                  [uRaka'nasε]           [u'Rakanu)m'hε]

         b. 'sacura' (boisson)                [saku'Ra]                [haku'Ra]

         c. 'sel' (empr. ptg.)                   ['sawtu]                  ['hawtu]

         d. 'surubim' (poisson - sp.)       [suRu'i]                   [huRu'i]

         e. 'chemin'                                ['sema]                [«'hεma]

2.2.2.3. La vélarisation

La coronale /s/ en coda syllabique se vélarise [x] devant une occlusive (63a-c) ou une nasale (63d) :

(63)   a. /ispot/             >          ['ixpt]             ‘poil’, ‘plume’

         b. /isku/              >          ['ixku]              ‘Ihku’ (nom propre)

         c. /sisnat/            >          ['Sixnat]            ‘liane’ (sp.)

         d. /uRu-spε/         >          [µ'Ruxpε]        ‘Il y a de la galette de manioc.’

Les réalisations de la coronale /s/ se présentent ainsi : elle se palatalise au contact de la voyelle d'avant palatale /i/ et dans certains mots, devant la voyelle /ε/, comme dans (58j). On note, cependant, la réalisation laryngale de /s/ devant les voyelles d'avant /ε/ ([hεma'R«] ‘aujourd'hui’), avec les voyelles moyennes /ï/ ([ï'hï:] ‘oui’), /«/ ([«hε'na] ‘cou’), /a/ ([ha'Ri ha'Ri] ‘lonchocarpe’) ainsi qu'avec les voyelles d'arrière // ([h'RR]‘grand tinamou’) et /u/ ([hu'mRI] 'panier ovale’). Cette coronale /s/ se vélarise en coda syllabique comme montré dans (63).

2.2.4. Règles de réalisation des approximantes /w/ et /R/

La réalisation de l’approximante /w/ > [ß] et de la vibrante /R/ > [ñ] est assez fréquente dans les langues caribes, comme par exemple en bakairi (Souza, 1994 : 86).

L'approximante /w/ devient fricative [ß] lorsqu'elle est en syllabe non-accentuée (64a-c). En syllabe accentuée, elle demeure approximante (64d-e) :

(64)   a. /w«Rïj/                        >        «'Rïj]                   ‘femme’

         b. /wapt/                      >        [ßa'pt]                 ‘feu’

         c. /wïka/                         >        [ßï'ka]                   ‘J'ai dit.’

         d. /akawak/                    >        [aka'wa/]              ‘poisson’ (sp.)

         e. /εRuwa/                      >        [«Rµ'wa]              ‘homme’

La vibrante /R/ peut se postérioriser et devenir latérale au contact de la voyelle basse /a/, comme dans (65a-c). Ailleurs, elle se réalise vibrante.

(65) a. /maRa#maRa/  >     ['mañŒ'mañŒ]/['maRŒ'maRŒ]         ‘perles végétales’ (sp.)

         b. /taRaRa/         >     [ta'ñŒñŒ]/[ta'RŒRŒ]                       ‘foudre’

         c. /waRak/        >     ['wañŒ/]/['waRŒ/]                      ‘poisson’ (sp.)

         d. /Rapin/          >     [RŒ'pi)n]                                      ‘vide’

         e. /jak«R«/        >     [ja'k«R«]                                     ‘avec moi’

         f. /maRija/         >     [ma'Rija]                                     ‘couteau’

         g. /muRε/          >     [mµ'Rε]                                     ‘enfant’

         h. /sitpïRï/          >     [Sit'pïRI]                                      ‘laid’, ‘sale’

         i. /uRu/              >     [µ'Ru]                                        ‘manioc’

         j. /Rm/           >     ['RmP]                                      ‘sol’, ‘par terre’

/R/ > /ñ/ lorsque ce segment est en deuxième position syllabique (§2.2.1.1, ex. 40) : /m«kR«/ > ['m«gñ«] ‘lui’, ‘ce dont on parle’ ; /kuRikRa/ > [ku'RigñŒ] ‘curica’ (perroquet - sp.).

Le tableau IV fait une synthèse des réalisations phonétiques de neuf phonèmes proposés dans le tableau III.

Tableau IV. LES CONSONNES PHONÉTIQUES

                                          labiale     coronale     vélaire     uvulaire  glottale    laryngale

obstruantes    occlusive          p             t     þ        k                            /

                                              b             d    ï         g

                       fricative            ¸             s     _        x              X                         h

                                               ß

sonantes         nasale               m            n     ø      ÷

                       latérale                            ñ

                       vibrante                           R

                       approximante   w            j

3. Considérations finales

Les différents processus décrits dans cette étude préliminaire de la phonologie du wayana montrent qu’il s’agit d’un système relativement complexe. Plusieurs faits indiquent que c'est un système en voie de changement : la perte d’une série de voyelles longues, la laryngalisation de la coronale /s/ vers [h], qui sont des faits encore stables dans d’autres langues caribes, comme le kali’na (pour l’allongement vocalique) et comme l'apalai. La lénition montre que les occlusives en coda ne se réalisent plus sur leur point d’articulation. Il existe alors une forte tendance vers la neutralisation du point d'articulation des obstruantes qui deviennent soit uvulaires si elles sont dérivées d'une occlusive soit vélaires ou laryngales si elles sont dérivées d'une fricative, représentée par la coronale /s/. On remarque néanmoins que la coronale /s/ demeure [s] dans le chant d'initiation kalawu, dont le texte ésotérique est archaïque[14].

Abréviations.

         #                  frontière entre mots

         -                  frontière morphémique

         .                   frontière syllabique

         '                   accent tonique

         ‘ ’                indique le correspondant du mot en français

         / /                 réalisation phonologique

         [ ]                réalisation phonétique

         >                 se réalise

         Appr            Approximante (/w/ et/ou /j/)

         ATR            Advancement of the Tongue Root

         C                 consonne

         C. occl.        Consonne occlusive

         CN              Consonne Nasale

         empr.           emprunt

         ex.               exemple

         gén.             générique

         ptg.              portugais

         OBJ             objet

         sp.               spécifique

         V                 voyelle

Bibliographie

CAUTY, André

1978  "An approach to the phonological and syllabic systems of the Panare language", Amerindia 3, Paris, A.E.A. pp. 85-113.

CLEMENTS, George N.

1985  "The Geometry of Phonological Features", Phonology Yearbook 2, pp. 225-52.

1993  "Lieu d'articulation des consonnes et des voyelles: une théorie unifiée", Architecture des représentations phonologiques, Laks et Rialland, dirs, Paris, CNRS Éditions.

DE GOEJE, C.H.

1968  Études linguistiques caraïbes. Tome I et II. Vaduz/Liechtenstein, Sändig Reprints Verlag. Hans R. Wohlwend.

DELL, François

1985  Les règles et les sons. Introduction à la phonologie générative., Paris, Collection Savoir. Hermann, Éditeurs des Sciences et des Arts.

EMMERICH, Ch.

1994  "The Txikão language: Fricative or no Fricatives", Revista Latinoamericana de Estudios Etnolingüisticos : Lingüistica Tupi-guarani/Caribe - Estudios presentados en el 47° CIA, 1991 Nueva Orleans. Yarinacocha, Lima : CALAP. pp.65-72.

FRANCHETTO, Bruna

1995  Processos Fonológicos en Kuikúro: Uma Visão Auto-segmental, Estudos fonológicos das línguas Indígenas Brasileiras. Leo Wetzels, ed, Rio de Janeiro, UFRJ Editora. pp. 53-83.

JACKSON, Walter

1972  "A wayana grammar", Languages of the Guianas. Joseph Grimes, ed, SIL, University of Oklahoma. pp. 47-77.

KENSTOWICZ, Michael

1994  Phonology in Generative Grammar, Cambridge Ma, Oxford UK, Blackwell. 704p.

LASS, Roger

1984  Phonology. An introduction to basic concepts. Cambridge : Cambridge Textbooks in Linguistics.

LESCURE, Odile

1982  Évolution lexicale du galibi. Langue caribe de Guyane Française. Thèse de 3e cycle. Université de Paris-Sorbonne.

PAULA, Ruth W de G.

1970  "Notas fonológicas da língua kaxuyâna", Antropologia n. 43, Nova série, “Boletim do MPEG”, Belém, 1-20p.

1980  "Língua kaxuyâna. Fonologia segmental e afixos nominais." Publicações Avulsas do Museu Nacional 63, “Lingüística IX”, Rio de Janeiro, 99p.

SOUZA, Tânia Cl. de.

1994  Discurso e oralidade. Um estudo en língua indígena. Thèse de doctorat soutenue à l'Université de Campinas (UNICAMP), 398p.



* Pendant que je travaillais sur ce texte, j'ai reçu de précieuses suggestions de la part de deux linguistes, Elsa Gomez-Imbert et Tânia de Souza, qui ont eu la gentillesse de s'intéresser à ce sujet et à mes analyses. Qu'elles trouvent ici l'expression de ma gratitude.

[1] Le wayana appartient à la famille linguistique caribe. Il est parlé dans une région frontalière entre le Brésil (sur fleuve Paru de Leste), la Guyane Française (sur le haut Maroni) et le Surinam (sur le Lawa).

[2] Les données linguistiques ont été recueillies lors de trois séjours sur le Paru de Leste, au Brésil, entre 1993 et 1996.

[3] La réalisation orale du mot [ßa’jŒ)nŒ)] est assez fréquent chez la nouvelle génération.

[4] Village wayana traditionnel situé sur le moyen Paru de Leste.

[5] Cette étude ne présente pas l'analyse de l'accent qui est en cours. Nous pouvons dire pour l'instant qu'il y a dans le mot un accent principal et un ou des accent(s) secondaire (s) selon la longueur du mot.

[6] Voir cependant l'harmonie vocalique de niveau morphémique (§1.2.3.).

[7] Le kali’na, connu dans la littérature française comme galibi, est parlé sur une large zone côtière au nord de l'Amazonie orientale qui s'étend du Venezuela au Brésil (dans la région d'Uaça/Oyapock). 

[8] Au Brésil, les Wayana partagent leur territoire avec les Apalai. La vie communautaire de ces deux groupes et les mariages qui s'en suivent ont contribué à la situation de bilinguisme; phénomène qui caractérise le Paru de Leste, fleuve situé à l'extrême nord de l'Etat du Pará.

[9] Dans certaines positions, des paires minimales parfaites n'étant pas trouvées, nous avons utilisés des paires approximatives.

[10] Celles-ci sont représentées par les suffixes personnels liés à la prédication verbale : /-jaj/, marqueur de la 1re et de la 2e personne du singulier ; /-ja/, marqueur de la 3e personne du singulier, et par la particule /waj/, marqueur de la 1re personne du singulier d’un prédicat nominal.

[11] Il existe deux mots pour désigner hamac : /«tap/ ‘hamac pour dormir’ , comme dans (36d) et /εtat/ ‘hamac’ au générique, comme illustré dans (37d-e).

[12] Par ailleurs les différentes occlusives peuvent se combiner entre elles sans être soumises à des modifications phonétiques particulières, à l’exception de /k/, en coda sylabique (voir § 2.2.1.4.) : /pt/ > [pt] : /tïkanεpt«j/ > [tïka'nεpt«j] ‘faire un noeud’ ; b. /pk/ > [pk] : /εnεp-kε/ > [ε'nεpk«] ‘Apporte-le !’ ; c. /tp/ > [tp] : /sitpïRï/ > [Sitpï'Rï] ‘laid’, ‘mauvais’ ; d. /tk/ > [tk] : /kupukRεtk«/ > [kupugñεtk«] ‘Frotte-moi !’

[13] /itut-tajR«#n-umεk/ > //forêt-?#3ACTI-venir//

[14] Hervé Rivière nous a gentiment fourni des enregistrements de ces chants, chantés par Kuliaman qui est originaire du fleuve Jari, au Brésil.