orphée nahua

Marie-Noëlle CHAMOUX

CNRS

A deux cent kilomètres au nord-est de Mexico, le municipe de Huauchinango comporte une population nahua encore nombreuse. En 1970, on recensait 11470 individus de cinq ans et plus qui parlaient le nahuatl. Le conte présenté a été recueilli au cours d'une enquête d'ethnologie dans le village de Cuacuila, dont tous les habitants à ce jour parlent nahuatl.

Le Nahuatl la  région dе Huauchinango

Dans cette région, la langue indigène semble proche du Nahuatl classique. Comme partout, elle s'émaille de termes empruntés à l'espagnol : on en reconnaîtra sans peine quelques-uns dans le conte.

Voici quelques caractéristiques de la prononciation locale :  o et u sont assimilés. Les sons notés e et i se confondent parfois à l'écoute. La distinction semble être entre ε et i, ce dernier glissant vers un I. On distingue bien l'occlusion glottale qui est un arrêt et non pas une aspiration. En fin de mot, trois phonèmes reçoivent un traitement particulier :

– l'occlusion glottale devient quasi inaudible, mais son existence est incontestable d'après les tests effectués.

– le n final semble parfois disparaître : un même individu dira tantôt axan, tantôt axa. La question se pose de savoir s'il s'agit vraiment d'une disparition ou d'un simple assourdissement d'une part, et d'autre part si l'environnement ou la position dans la phrase jouent un rôle.

– le w en finale (ortographié uh) est inaudible chez certains locuteurs.

On a rétabli ces finales à l'écrit.

Pour résoudre ces problèmes, une étude phonologique est encore à faire.

Pour la transcription on a utilisé un système inspiré des manuels d'alphabétisation mexicains : les mots sont écrits de telle sorte qu'ils puissent être prononcés correctement par des lecteurs de langue espagnole, à ceci près que ll doit être prononcé comme un redoublement du l (l-l) et non à la manière castillane.

transcription phonétique     orthographe adoptée

voyelles

 

 

 

 

 

а

 

а

 

 

ε

 

е

 

 

i

ou   I

i

 

 



ou   о   ou   u

о

 

consonnes

 

 

 

 

 

p

р

 

t

 

t

 

 

k

 

с

qu

devant а, о, и

 

 

 

devant i, е

 

s

 

s

 

 

š, ∫

 

х

 

 

m

 

т

 

 

n

 

n

 

 

l,   ll 

(redoublement)

l

et  ll

 

tš, t

 

ch

 

 

ts

 

tz

 

 

tl

 

tl

 

/, '

(occlusion glottale)

'

 

semi-voyelles

 

 

 

y

 

i

ou  у

w

 

uh

ou  u (orthographe traditionnelle : hu)

Les conditions de recueil

L'informatrice, Carmela González, avait environ trente-six ans lorsque j'ai fait sa connaissance en 1970. Le Nahuatl est sa langue maternelle, celle qu'elle continue à parler dans sa famille, bien qu'elle-même, son époux et ses trois fils aient tous appris 1'espagnol.

Elle m'a d'abord raconté en espagnol l'histoire de "l'homme dont la femme mourut". Puis elle m'a fait un second récit en nahuatl. Ces deux premiers récits ont donné lieu à une simple prise de note, des incidents techniques ayant empêché l'enregistrement. Il a fallu attendre 1973 pour trouver l'occasion d'enregistrer le conte. Le récit enregistré est en nahuatl. C'est la transcription, faite par moi-même, qui est donnée ici.

L'informatrice a assuré qu'elle tenait le conte de sa grand-mère, qui n'était pas de Cuacuila mais du village voisin, Xaltepec.

Intérêt ethnologique

Pour qui s'intéresse aux survivances précolombiennes et à la religion indigène, le conte présente plusieurs particularités. Il constitue une description de Mictlan, le lieu des Morts, tel que se le représentent les Nahuas actuels. L'analogie avec les croyances préhispaniques ne fait pas de doute. Par ailleurs l'influence de la religion catholique et des éléments de folklore européen, si fréquente dans de nombreux contes nahuas, est dans le cas présent extrêmement réduite.

Une autre particularité mérite d'être notée. C'est très rarement sous forme de conte que les croyances sur le monde des Morts ont été recueillies par l'ethnographie. En général, l'ethnologue tente de présenter de façon systématique des informations fragmentaires qu'il a pu recueillir. Parfois, il a la chance de trouver un informateur capable de lui communiquer les éléments de façon déjà élaborée, mais il s'agit alors des conceptions d'un individu particulier. La forme conte ne présente pas ces limites. Elle traduit une mise en ordre indigène collective des croyances concernant l'Au-Delà.

Les variantes

Les conditions de recueil - plusieurs récits du même conte par la même personne - ont révélé des variantes, et permis parfois des précisions.

– Dans un récit antérieur, c'est le hibou qui a adressé le premier la parole à l'homme : "Que fais-tu ici? Pourquoi cet enfant pleure-t-il?" demande le hibou. - "L'enfant pleure car sa mère est morte. Il a faim. Je suis sorti avec lui pour chercher sa mère", répond l'homme.

– Toujours dans les récits antérieurs, i1 était précisé que le hibou emmenait l'homme vers Mictlan, le lieu des Morts. C'est le mot qu'employaient les anciens Aztèques. D'autre part l'homme donnait au hibou le titre de tequiua, qui signifie hérault, messager.

– L'informatrice précisait : "On a sa maison à Mictlan aussi. (...) Le plat était un tesson. Le piment vert était en réalité des tenchichime' (sorte de chenilles) qui se tordaient sur le plat brûlant, comme le fait le piment. Les haricots ressemblaient à la variété simatl, mais c'était des temolli (insectes nocturnes). La femme faisait cuire la viande de porc : mais c'était des tlalpipitzotl (sorte de vers)... L'homme était dégoûté, mais i1 finit par manger tout de même. Alors sa femme lui dit : "tu dois retourner d'où tu viens avant que le jour se lève, là-bas sur terre".

– Le châtiment de la bigamie, décrit dans la version ci-dessous, n'avait pas été mentionné dans les récits antérieurs.

 

Se tlacatl omosiuauhhti.

Un homme se maria.

Despues quipiya in isiuauh omic.

Après qu'il ait pris femme, elle mourut.

Opeuh mососоа.

Elle commença à être malade.

Mach oquitetzauiaya in tecolotl.

Le hibou envoyait un mauvais presage.

Tza'tziaya tlayoua.

Il huait dans la nuit.

Omсаn tza'tzi tecolotl

Là-bas le hibou hue,

como que se cocoxqui tenan.

alors que la femme est malade.

Entonces omic inon siuatl.

Donc la femme mourut.

Quipiya se icoconeton.

Elle avait un petit bébé.

Entonces omocauh tlacatl isel iuan icoconeton.

L'homme resta donc seul avec son petit enfant.

Mach chocatinemi tlacatl cuicatinemi in conetl.

L'homme allait pleurant en portant son enfant.

Inon conetl tza'tziaya omomouhtiaya defunta inanan.

L'enfant criait, il avait peur de sa mère défunte.

Entonces mach senpa uala tza'tzi tecolotl ocsepa.

C'est alors que revint huer le hibou, encore une fois.

Uan mach oquis in tlacatl uan mach quiluiya:

L'homme sortit et lui dit :

"Xquita te'! Otiuala tictetzauanosiuauh.

"Regarde, toi! Tu es venu donner le mauvais augure à ma femme.

Axan oticuicac.

Maintenant tu l'as emmenée.

Axan xquita, nican noconeuh tza'tzi;

Maintenant regarde, mon enfant crie ;

a'mo ca' tlen macas

il n'y a rien à lui donner [à manger].

Axan xnechuica para nicuiquilis in conetl".

Emmène-moi maintenant pour que je lui porte l'enfant".

Mach qui'toa tecolotl :

Le hibou dit alors :

"Bueno. Tla nequi tiquitas mosiuauh chue, nimitzuica.

"Bien. Si tu veux voir ta femme partons, je t'emmène.

Pero axan orita' ia'que'ompa ca'te

Mais, en ce moment, ils [les Morts] sont partis, ils sont là-bas,

quicactoque' misa'", mach qui'toa.

ils écoutent la messe", dit-il.

"Bueno. Xnechuicacanin oticauati nosiuauh.

"Bon. Emmène-moi où tu as laissé ma femme.

Xnechuica porque nicuiquilis in conetl".

Emmène-moi, que je lui porte l'enfant".

Entonces mach ocuicac in tecolotl quiyecana.

Le hibou l'emmena donc,i1 le conduisit.

Entonces ocala'que' соmо ipan se оуо, iраn se tlacoyoctli.

Ils entrèrent dans une sorte de trou, dans un tunnel.

Ocala'que'!

Ils y entrèrent!

Uan oquimixpatlac in tlacatl ;

Et l'homme les aperçut ;


 

oquitac se о'tli, pero uеуе pero cualtziton о'tli.

il vit un chemin, un très grand, un très beau chemin.

Otlacala'que' tlalitec, tlaloc.Noso оmра!

Ils entrèrent dans la terre, sous la terre. Vraiment, là-bas!

Mach оа'sito mach quiluiya tecolotl:

Une fois arrivés, le hibou dit :

"Xquita: ахаn оmра са'te iраn misa' in оmсаn cа'te niсаn.

"Vois: maintenant ils sont là-bas à la messe, puis ils viendront ici.

Ахап te' xmoquetza se ladito.

Maintenant tiens-toi sur le bord.

Оmра ualquisas mosiuauh

Ta femme va venir en sortant de là-bas

uап ticnotzas uап tiquixmatis".

et tu lui parleras et tu la reconnaîtras".

Mach oquisque' misa'cauhque'.

Ils sortirent de la messe.

Pero mach ореuhquе'

Mais quand ils commencèrent [à sortir]

mach quiluiya tlacatl  qui'yacque', i'iyac, tlayaya, fiero !

l'homme lui dit qu'ils sentaient, qu'ils puaient, qu'ils empestaient, pouah !

Епtопсеs mach qui'toa tlacatl : "Вuепо. Pero ахаn nosiuauh, а'mо niquita".

L'homme dit alors :"Bon. Mais alors ma femme, je ne la vois pas".

Entonces ualquis'tica ocsequi'que'.

D'autres continuèrent à sortir.

Entonces quеmап oquitac isiuаuh ompa uitz

Puis quand sa femme l'aperçut, elle s'approcha.

Mach quiluiya : "Tlenon ticchiua пiсаn?", mach quiluiya,

Elle lui dit : "Que fais-tu ici ?",
dit-elle,

“Tlen timonequiпiсап te' ?

"Que veux-tu ici, toi?

Xcuica conetl san niman !

Emporte l'enfant immédiatement !

Тlеnоn ticualica ?

Pourquoi l'apportes-tu ?

ticualica'ticaqueman te' otiuala niсаn ?" mach quiluiya.

[pourquoi] l'apporter quand tu es venu ici ?" dit-elle.

Mach qui'toa :

Il dit alors :

"Xquita : nicualica conetl chichiti porque apismiqui;

“Regarde: j’apporte l’enfant pour qu'il tête car il meurt de faim ;

а'mо са' tlen macas."

on ne peut rien lui donner."

"Aquinon mitzuаliсас ?"

"Qui t'a amené?"

"Onechualicac in tecolotl," mach qui'toa,

"C'est le hibou qui m'a amené", dit-il,

"уе' onechiluiya mа nechualica сапin omitzcauaco

"il m'a dit qu'il m'amenait où il t'avait laissée

uап axan conetl пе' nipan iuan nentinemi сасаni ;

et maintenant je suis avec l’enfant dans cet endroit, je me demande où ;

а'mo са' tlen nicmacas mа quiсuаconetl, pos iauh miqui apistli."

je n'ai rien à lui donner à manger, à cet enfant, et il va mourir de faim.

Quiluiya : "Bueno. Xuala.

Elle dit : "Bon. Viens.

Entonces nican nimitzmacas,

Alors ici je te donnerai à manger,

nican nicchichitis in conetl. Xuala."

ici je donnerai le sein à l'enfant. Viens."

Mach ocuac in ichan canin chantica in siuatl.

Elle l'emmena dans sa maison, là où la femme demeurait.

Mach ocuiquili in conetl

Elle prit l'enfant

uan opeuh quichichitiya.

et commença à lui donner le sein.

Entonces in tlacatl omotlali

Alors l'homme s'assit,

pero mach quili'ticaye' i'iyac in siuatl, fiero, bueno, ye' miuhqui.

mais il remarqua que sa femme sentait très mauvais, bref, c'était une morte.

Entonces mach oquichichiti conetl uan siuatl :

Enfin l'enfant têta et la femme [dit]:

"Axan xompaya conetl. Xnapalo.

"Tiens l'enfant. Prends-le.

Orita' nimitztlamacas

Je vais te donner à manger de suite,

uan tiyas.", mach quiluiya,

puis tu partiras" dit-elle,

"porque yacmo nican tis touan

"parce que tu ne dois plus être ici avec nous

porque teuan nican tica'te'

parce que nous, nous restons ici

uan te' ayamo ticnequi'ayamo ticnequi' para nican.

et, toi, nous ne te voulons pas encore
pour ici.

Xiya."

Va-t-en."

Mach opeuh tesen siuatl,

Et la femme se mit à moudre,

mach oquitlali chilchiotl,

à préparer le piment,

mach yetl oquitlali :

à préparer les haricots :

mach tetemoxti!

c'était de la vermine !

uan oquitlali chilli

et elle prépara du piment

para quichiua chilmolli :

pour faire la sauce :

none xochiauame'!

c'était ces chenilles! [NDT:chenilles vertes et fortement urticantes] !

mach oquintlali iuhconmach (?) ipan comalli.

elle prépara cela, comme ça (inaudible) sur le plat.

Entonces opeuh quimana siuatl

Puis la femme commença à faire les galettes de maïs,

pero noch tleconextli tlaxcalli !

mais c'était tout de la cendre !

Pero mach qui'toa tlacatl

Alors l’homme dit :

"Bueno, axan quen nicuas ?

"Bien, alors, comment vais-je manger ?

Ne' inon yacmo nicuas!

Moi, ça, je n’en mangerai plus !

A'mo textli."

Ce n'est pas de la pâte de maïs."

mach qui'toa nentica

c'est ce qu'il dit  en son for intérieur.

Entonces quiluiya :

Elle lui dit alors :

"Axan xtlacua".

"Mange maintenant".

Entonces ocualtequili quen yetl yeuan ocuilti,

Elle lui servit comme haricots ce qui était des vers,

mach quitlali chilchiotl noch ocuilli.

elle posa la sauce piquante qui était de la vermine.

Entonces bueno (inaudible) oquicua.

Alors bien ( ? ) i1 en mangea.

Axаn mach quiluiya siuatl :

Puis la femme lui dit

"Axan xiya, porque xquita ...

"Maintenant va-t-en parce que, vois-tu....

te'uatl otiual…

toi, tu es venu...

... porque ayamo timonequi' nican.

…parce qu’ici, nous ne voulons pas encore

Teuan nican tica'te'

Nous, nous sommes ici

porque techualicauhque' ;

parce qu'on est venu nous y laisser ;


 

Oqui’to Dios para ma otiualacauh;

Dieu a dit quе tu n'es pas venu pour rester ;

uan te', ayamo ca'раrа tiualas nican.

et toi, ce n'est pas encore [le moment] quе tu viennes ici.

Ахаn хiа, sаn nimаn."

Va-t-en maintenant, tout de suite."

Mach осsера uаlа mach sераn tecolotl quixchixtica.

Alors le hibou revint encore une fois l'attendre.

Осsера саn oquicauah iраn teopancaltenco.

Encore une fois, le hibou le laisse dans la cour de l'église [cimetière].

Оmра oquia'sito tecolotl

C'est là que le hibou l'a trouvé,

omра cualica,

C’est là qu’il l’amène

ocsepa cualica cualica осsера.

c'est là qu'il l'amène de nouveau.

Mach quiluiya :

[Le hibou] lui dit :

"Bueno. Xquita, qui'toa tecolotl,

"Bon. Vois-tu, dit le hibou,

te otiuiya tiquimita canin ca' mosiuauh.

tu es allé voir où est ta femme.

Pero a'mo ticnonotzas nian aquin

Mais ne dis rien à personne

porque in tla timiquis."

sinon tu mourras."

Oquilui tecolotl

C’est ce que lui dit le hibou.

Mach qui'toa : "A'mo"

Il répondit:”Non” [je ne dirai rien]

Como va seroa a'mo ?

Mais comment serait-ce possible ?

Otlanonotz quichiton onoue :

Il raconta un petit peu :

"Oniquito nosiuauh;

"J'ai vu ma femme;

ca'so iuhcon ca'te' mimiuhque'.” mach qui'toa,

les morts sont comme ceci", dit-il,

"Entonces mach otlayouac teuan nican otlanes ompa.

"Ainsi quand la nuit est tombée chez nous ici, c'est l'aube là-bas.

Tlayouac,mach otlayoua iuhcon, mach opeuh

A la nuit, quand la nuit est ainsi tombée, qu’elle commence

omote'teca'que' cococh;

[les morts] se couchent pour dormir ;

mach queman poposocatica'te cochtica'te'."

et alors, ils font de l'écume tout en dormant"

Mach in tlacatl omomouhti, ca' si iuhcon cocochi nican,

Cela avait épouvanté l'homme, cette façon de dormir ici,

pos yacmo cristianos como ye' defuntos.

car ils ne sont plus des humains puisqu'ils sont des morts.

Entonces aquin inon mach que primero isiuauh

Alors celle qui est la première femme (d'un homme)

 mach iuan otle'co quipan ococh iuhcon,

se couche avec lui ainsi,

ue'capa in ipan cama,

en haut, sur le lit,

uan mach aquin segunda mujer

et celle qui est la seconde femme

mach ompa ococh in tlalpan

dort sur le sol, là-bas.

Mach inon oquitac tlacatl mach ita.

C'est ce qu'a vu l'homme ce qu'il voit.

Entonces nelli !

Alors, c'est donc vrai !

Ome siuatl quipiya,axan nican ipan altepetl,

[Celui qui] a deux femmes, aujourd'hui ici dans le village,

uan mach queman miqui,

quand elles mourront, [il en sera ainsi]

entonces miqui primero mujer

quand mourra la première femme,

entonces ia iauh in imarido, inamic.

elle ira dormir avec son mari.

Uan entonces tlen satepa siuatl

Et alors celle qui est seconde femme

entonces inon mach moteca tlalpan

celle-là alors doit dormir sur le sol

entonces inon mach tequiliya mach ipan escalera,

celle-là alors doit servird’escabeau,

tle'co teuan,

nous montons dessus,

pos nelli mach ipan tlatlacsa' teuan in satepa isiuauh.

vraiment, nous marchons dessus la seconde femme.

Ouala in tlacatlmach otlanonotz. Mach qui'toa:

L'homme revintet raconta. Il dit:

"In tla ome isiuauh ca'so iaue :

"Si [quelqu'un] a deux femmes, il en va ainsi :

iaue ca'so tlen achto isiuauh,

il en va ainsi pour celle qui est la première,

iuan ia ca'so ompa

il en va ainsi là-bas,

entonces a'mo tequipanoa;

elle ne travaille pas ;

uan tlen satepa isiuauh entonces ca'so escalera mochiua

et la seconde femme, alors, elle fait l'escabeau,

porque itech inon ipan title'co' tlactlasa' teuan,

parce que sur elle nous montons, nous l'écrasons. "

mach qui'toa, neuatl niquitato.

dit-il,"Je l'ai vu moi-même.

Uan nechmouhti porque tleca oniuas.

Et j'ai eu peur parce que j’y suis allé,

oquinitac omote'teca'que' cocochi

Je les ai vus couchés pour dormir,

quen a'mo poposo'ca'ticate', in oniquitato.

comment ils bouillonnent d'écume, je l'ai vu.

Mach quen teuan nican ticristiano,

Comme nous autres ici sommes des humains,

miuhque' ca'te ocse,

les morts sont autres,

uап miuhqui' uele uele fiero

et les morts puent

uan teuan nican tica'tea'mo timi'necuini ompa fiero.

et nous qui sommes icinous ne puons pas comme là-bas.

Entonces ipan naue tonallimach omic in icoconeton

Au bout de quatre joursle bébé mourut

tla oquichichiti in inanan.

car il avait tété sa mère (morte).

Entonces ic otlanesomic in tlacatl

Puis quand le jour se leva l'homme mourut

porque otlanonotz in tlen oquitato.

parce qu'il avait raconté ce qu'il avait vu.

Inon cuento de inon tlacatl in oquin omic isiuauh.

Tel est le conte de l'homme dont la femme mourut.

Version revue et corrigée par Marie Noëlle Chamoux en avril 2005. Les corrections portent principalement sur l'orthographe nahuatl et l'harmonisation de la graphie.