LA TORTUE ET LE JAGUAR
Conte andoke (Colombie)

Jon LANDABURU

C.N.R.S.

Les Andoke sont une population du nord-ouest amazonien, en Colombie. Ils vivent près du fleuve Caqueta. La langue andoke n'appartient à aucune famille connue. (Cf. Amerindia N° 1, p. 19).

GUIDE DE LECTURE

A. Conventions et abréviations

1. Transcription en langue andoke

La transcription est phonologique.

a) valeur des lettres consonantiques

labiales             apicales                        palatales            postérieures

tendu-relâché             tendu-relâché             tendu-relâché            tendu-relâché

sourd        p       f               t         r               s                      k      h

                                        

sonore      b                 d                 y

nasal         m                 n                 ñ

- f est une bilabiale notée F dans l'A.P.I.

- bien que b et m d'une part, d et n de l'autre puissent être considérés comme variantes d'un même phonème on garde leur notation distincte.

- s et y, non sensibles à l'opposition tendu/relâché peuvent être réalisés depuis l'affriquée jusqu'à la spirante, depuis une position pré-palatale jusqu'à une position cacuminale.

- h est une spirante glottale.

b) valeur dеs lettres vocaliques

antérieur              central          postérieur

i    I           u       

e    ´          o       

a    U          Å                                          

- u et o sont réalisés arrondis.

- i, e, a, o, , peuvent être nasalisés. Ils constituent autant de nouveaux phonèmes notés : i$, e$, a$, o$, Å$ . L'ordre central donne une seule nasale à ouverture variable, notée ´$.

- toute voyelle peut être interrompue. On la note alors V". Ex : i", a", o", ´$", ", )".

c) notation des tons

L'andoke a deux registres. On ne note que le tonème haut écrit V. Ni le ton bas ni les tons conditionnés mécaniquement ne sont notés. Pratiquement une lecture phonétiquement acceptable sera restituée par l'observation des règles suivantes :

1) le tonème écrit relève le ton (hauteur phonétique) de toute syllabe basse suivante pourvu que cette dernière ne soit pas elle-même suivie d'un tonème écrit ou pourvu qu'elle ne soit pas devant pause.

2) toute syllabe basse devant pause est relevée sauf si elle est précédée d'une syllabe haute (par nature ou relevée).

3) toute syllabe haute devant pause devient basse si elle est précédée d'une syllabe haute.

Il ne s'agit que des grandes règles.

d) segmentation

La transcription du texte continu est segmentée en mots séparés par des espacements. Ce même texte est présenté en dessous avec l'analyse des mots. Ceux-ci sont segmentés en morphèmes ou en suites de morphèmes séparés par des tirets. Au lieu de tiret on écrit un point lorsqu'on veut indiquer que les morphèmes séparés sont parties de composition.

2. Traduction juxtalinéaire en français

Sous le texte andoke segmenté en morphèmes apparaît la traduction juxtalinéaire de ceux-ci. Les traductions des morphèmes appartenant au même mot sont séparés par des tirets. Chaque mot est séparé de son voisin par une simple barre. Si deux traductions sont séparées par le signe +, c'est que la transcription correspondante est un amalgame de deux morphèmes. Cette traduction juxtalinéaire est entre doubles barres lorsque la transcription correspondante est un énoncé.

3. Approximation syntaxique

Sous la traduction juxtalinéaire des morphèmes, on présente un niveau de représentation dit "approximation syntaxique", noté entre parenthèses, dont les conventions sont les suivantes :

1) à chaque mot andoke correspond une suite entre points "française", dans le même ordre que l'ordre andoke ;

2) entre points, la segmentation est indiquée par des tirets. Toutefois l'ordre et le nombre des unités transcrites ne sont pas nécessairement respectés.

3) l'ordre des unités "entre points" ne suit pas nécessairement l' ordre des mots de l'énoncé.

Ce niveau exprime un compromis non rigide entre le respect de la structure syntaxique de surface et l'exigence d'intelligibilité. On ne saurait le considérer que comme une aide pour l'analyse.

 

4. Liste des abréviations de traduction

(Chaque abréviation est suivie de son explication et d'une indication de sa distribution.)

A = assertif déclaratif (cf. note grammaticale)

A.1, A.2, A.3, etc.. = assertif déclaratif à pronom de classe N.1, N.2, N.3, etc..

adverb. = adverbialisant, suffixe de dé-verbal

C.1, C.2, C.3, etc.. = assertif catégorique à pronom de classe N.1, N.2, etc.

d1 (d1), d2, d3 = désinence verbale d'accord au sujet

d’.1 = variante de d.1

dépl.2, dépl.3 = déterminant verbal de déplacement. Avec dépl.2 le procès est vu comme centripète, avec dépl.3 il est vu comme centrifuge.

dir. = déterminant verbal de direction. Avec si- le procès est vu comme descendant, avec yi- il est vu comme ascendant (nombreuses autres valeurs).

durat. = déterminant verbal aspectuel de duratif

exhort. = désinence verbale, exhortatif

emph. = identificateur d'emphase

fréq. = déterminant verbal aspectuel de fréquentatif

I = assertif interrogatif

I.1, I.2, etc.. = assertif interrogatif de classe N.1, N.2, etc...

imp. = désinence verbale (F) d'impératif.

inf. = suffixe d'assertif. L'assertion est vue comme inférence.

int. = suffixe d'assertif, modalité interrogative

interd. = désinence verbale d'interdiction

limit. = identificateur de limitation

opt. = particule d'optatif

p1, p2, p3 = déictiques topiques (p1 = ici, p2 = là, p3 est non-marqué spatialement)

perf. = désinence verbale de perfectif

proN.1, 2, 30, etc.. = pronom de classe N.1, N.2, N.30, etc...

proN. je, tu, etc.. = pronom de personne, je, tu, etc...

préV. = préverbe, déterminant lexical extérieur à la flexion

Q.1, Q.2, etc.. = assertif de question de classe N.1, N.2, etc...

r1, r2, r30, r31, etc.. = représentant pronominal de classe N.1, N.2, etc...

rF = représentant non classificatoire (cf. note grammaticale)

réc. = récessif, déterminant verbal (cf. note 3, première page)

référ. = référent, cf. énoncé 16.

rf. = référentiateur, cf. énoncé 38

t1, t2 = suffixe d'assertif d'époque (t.1 = temps passé proche, t2 = temps passé révolu)

term. = particule de déroulement (terminatif, accompli)

test. = suffixe d'assertif, testimonial[1].

virt. = marque verbale de mode virtuel (futur, hypothétique, etc...)

B. Note grammaticale

La plupart des énoncés (sauf les impératifs, exhortatifs, etc.) peuvent être divisés en un sujet[2] et un prédicat, accompagné ou non de ses compléments.

1. Le sujet. Il peut représenter l'agent, l'objet ou n'importe quel participant du procès. Il apparaît dans l'énoncé sous forme d'un pronom précédé d'un préfixe d'assertion. La construction est appelée "assertif". On a noté A (assertif neutre ou déclaratif), C (assertif catégorique), I (assertif interrogatif), Q (assertif de question). Le pronom associé peut être un pronom de classe (pronom renvoyant à un item appartenant à une classe de noms : classe N.1, classe N.2, classe N.30, classe N.31, classe N.32, classe N.33), ou un pronom personnel (je, tu, nous, vous).

2. Le prédicat peut être nominal ou verbal. Le prédicat verbal est accordé en classe au sujet. A un sujet de classe N.1 correspond la désinence d'accord -i (ou  -$), à un sujet de classe N.2 correspond la désinence d'accord -, à un sujet de classe N.3 ou personnel correspond la désinence d'accord -U.

A. Le prédicat verbal a un ou deux actants, et éventuellement des participants. Les actants sont préfixés au verbe, sous forme pronominale ; les participants apparaissent hors du verbe. Le verbe à un actant est dit "intransitif". Son actant correspond au rôle de support de qualité, siège de mouvement, de comportement. Le verbe à deux actants est dit transitif. On a dans l'ordre : actant-objet, actant-agent, base verbale. Les actants apparaissent sous forme de pronominal. On peut trouver : les pronominaux de classe, les pronominaux personnels, un pronominal indéfini, un pronominal-postiche -ĩ (rF).

B. Les participants apparaissent hors du verbe. Ce sont des noms ou des pronominaux fléchis sur un cas de déclinaison qui précise la nature de leur participation au procès. Le cas est un suffixe de la base nominale ou pronominale.

3. Le sujet d'énoncé ne renvoie la plupart du temps à aucun actant ou participant du procès. Il apparaît néanmoins sous forme d'assertif de classe N.1 (bU, kU, dU, ke$). C'est un sujet apparent. Le verbe y est accordé. Lorsque le choix du sujet porte sur un actant ou un participant, le pronominal le représentant, passe dans l'assertif. Sa place demeure attestée dans le prédicat par le pronominal-postiche
-ĩ ou ni- (cf. énoncés 29, 30, 33) sauf si le sujet choisi est objet ou support d'intransitif.

4. Les actants apparaissent sous forme pronominale. Ils peuvent être réexprimés hors du verbe par un nom au nominatif (marque F), appelé "projection" du pronominal. La projection de l'objet est toujours plus proche à gauche du verbe que celle de l'agent. Si le participant apparaît sous forme pronominale (suffixe casuel postposé à la base pronominale), il peut être réexprimé par le nom qu'il représente, au nominatif. La projection apparaît alors devant le pronominal décliné (cf. énoncé 41).

5. Un prédicat peut être subordonné à un autre. Il se comporte alors comme un nominal fléchi, comme une particule ou comme une projection. Il se comporte соmmе un nominal fléchi lorsqu'il prend, après la désinence d'accord, une marque de déclinaison nominale (cf. énoncé 48) ; il se comporte соmmе une particule lorsqu'il substitue à la désinence d'accord unе particule de jonction : )ta‚, ka‚, k´))se‚ha, h´n´)e,.. (énoncés 11, 16, 22) ; il se comporte соmmе une projection à valeur d'épithète lorsqu'il apparaît sans modification, accordé à un des pronominaux de l'énoncé matrice (énoncé 48).

6. Les particules sont des unités invariables, compléments non nominaux du prédicat. Elles le complètent selon la manière, le déroulement, la modalité, les valeurs d'assertion (négation), etc... Les noms de temps (pUU, n´$‚k´$) et de quantité (pa$a‚$, o$boa‚) se comportent comme des particules ; ils n'ont pas besoin d'indicateur de fonction.

7. L'assertif peut recevoir le suffixe ha‚ (l'assertion est affirmée соmmе reposant sur un témoignage)et/ou les suffixes d'époque. L'absence de suffixe d'époque peut traduire le présent ou le futur.

8. le verbe a deux modes : le réel et le virtuel. Le réel sert à exprimer le présent et le passé. Le virtuel exprime le futur ou l'hypothétique, le possible en général. Le réel n'est pas marqué. Le virtuel s'amalgame aux préfixes verbaux de déplacement.


LA TORTUE ET LE JAGUAR

1.

"hípUn´))k´)e dUt´@  saámi, hU@  ha’´  haba’ini"

 

hí.pU-n´))k´)-e dU-t´@  saámi   hU@    ha’´         ha-ba’i-ni

//quel.temps-jour-en/Q.1-int./ami/nоn/proN.tu/tu-manger-fréq.+d1/

(en-combien de-jours . y a-t-il . ami . non . de toi . manger-de toi ?

bUhápé[3] yaka ĩñõ уауаé’i yo’yáfi.

bU-há-pé     yaka ĩñõ ya-ya-é’-i yo’yáfi

/A.1-test.-t2/proN.31/jaguar/r31-r31-parler-d1/tortue//

il-y-eut dit-on . par ce jaguar . parole-par lui-à lui . tortue.)

 

On raconte que le jaguar avait demandé à la tortue* : "Ami, combien de temps restes-tu sans manger ?"

2.

ĩñõ baya nak´))U

 

ĩñõ  baya       na-k´))-U

//jaguar/A.31/dépl.2-dire-d3//

(jaguar . c'est . qui parle)

 

(c'est le jaguar qui parle)

3.

"ао ? kuahá. Uisidé ĩ) õboá bU hU@mã о’´  оbа’ini"

 

       kuahá       Uisidé     ĩ)     õboá    bU    hU@  о’´      оbа’ini

//quoi//longtemps//unité/soleil/longueur/A.1/non/proN.je/je-manger-fréq.+d1/

(quoi? .. longtemps! .. longueur . unité de . soleil . il-y-a . non . moi . manger-de moi

yẽk´))i yaka yo’yáfi.

yẽk´))i                         yaka     yo’yáfi

/r31+dépl.2-dire-d1/proN.31/tortue//

dire-de lui . cette . tortue)

 

La tortue avait répondu : "Quoi ? ... Très longtemps ! Je reste toute une année sans manger.

4.

"soái ! hU@UU  bUke´)  híboñõ  hU@  Uisidé  ĩ) õbоá  hU@  bа’iU.

 

soái      hU@U-U  bUke´)   híbo-ñõ   hU@    Uisidé   ĩ) õbоá   hU@    bа’iU

//mensonge//manquer-d3/A-nous/quel-gens/non/unité/soleil/longueur/non/
manger-d3//

(mensonge! .. manquant . nous-sommes . (de)quelqu'un . non . longueur . unité de . soleil . non . mangeant)

 

- Mensonge ! Aucun vivant ne reste toute une année sans manger.

5.

- hU@mã.  Uka õbоá bU saámi о’´ hU@mã оbа’ini.

 

hU@    Uka   õbоá     bU saámi   о’´   hU@ о-bа’i-ni

//nоn  /proN.1/longueur/A.1/ami/proN.je/nоn/je-manger-fréq.+d1//

(nоn! . en cette . longueur . il-y-a . ami . moi . nоn . manger-de moi)

 

- Mais si, ami, je reste tout ce temps sans manger".

6.

- ´)´). bUnĩbU[4]. dа h´))3U@ sihaohU’рI@mã’ã".

 

´)´)                   bUnĩbU     dа   h´))          U@      si-ha-o-hU’рI@-mã’ã

//oui// possible// opt./va/allons/dir.tu-je-enterrer-exhort./

(oui .. possible .. que tu y ailles . allons . que-je-t'enterre

bUhápé  yẽk´))i  yaka  ĩñõ.

bU-há-pé           yẽ-k´))-i                  yaka       ĩñõ

/A.1-test.-t2/r31+dépl.2-dire-d1/proN.31/jaguar//

il-y-eut dit-on . dire-de lui . ce . jaguar)

 

Le jaguar avait alors dit : "Bon. Soit. Je vais donc t'enterrer pour voir".

7.

k´)ihẽ  bU, u’U@ nõkó2 yahU’sek´)[5] bUñé  siyayahU’рI@i.

 

k´)-ĩ-hẽ           bU    U@      nõkó     ya-hU’-sé-k´)      bU-ñé       si-ya-ya-hU’рI@-i

//et-p3-depuis/А.1/allons/suivant/r31-creuser-réc.-or/A.1-t1/dir.-r31-r31-enterrer-d1//

(et-après-cela . il y a . alors . creuser-de lui-et . enterrer-de lui-par lui)

 

Il creusa donc et l'enterra.

8.

yaka ĩñõ bауа sihU’pI@U[6].

 

yaka           ĩñõ     bауа         si-hU’pI@-sé-U

//proN.31/jaguar/A.31/dir-enterrer-réc.-d3 //

(ce . jaguar . c'est . qui enterre)

 

(C'est le jaguar qui enterre)

9.

k´)ták´)  bU  U@  nõkó s´)’´)k´)[7] yayadikói.

 

k´)tá-k´)  bU    U      nõkó      s´)’´)-k´)         ya-ya-dikó-i

//or-limit./A.1/allons/suivant/fort-adverb./r31-r31-couvrir-d1//

(or . il y a . ensuite . fortement . recouvrement-de lui-par lui)

 

Puis il la recouvre de terre bien tassée.

10.

hák´)  bU  U@  nõkó уа´ра yẽ´)i.

 

há-k´)              bU    U@    nõkó        уа-´ра       yẽ-´)-i

//depuis-limit./A.1/allons/suivant/r31-référ./r31-aller-d1//

(puis . il y a . ensuite . à l'égard de-lui . départ de-lui)

 

Après cela, il la laisse et s'en va.

11.

ku’síka ñõifU  UbokU@ni´@  уiуẽ´)fU@ká,

 

ku’síka          ñõi.fU   U-bokU@ni-´   уi-уẽ-´)fU@-ká

// proN.autre/terre.lieu/r1-coin-par/dir.-r31-promener-et/

(par-un coin-de cela . autre . territoire . promener-de lui-et.

Uisidé ĩ)  yẽĩhU@Uk´)k´)   bU уẽроóká,

Uisidé  ĩ)       yẽ-ĩ-hU@U-k´)k´)                 bU   уẽ-роó-ká

/unité/soleil/r31-dépl.3-manquer-perf./A.1/r31+dépl.2-arriver-et/

après-disparition-de lui . un . soleil . il-y-a . arrivée-de lui-et.

уаа  уẽĩn´)i[8].

уа-а          уẽ-ĩn´)-i

/r31-en/r31-interroger-d1 //

(interrogation-de lui . à lui)

 

Il va se promener dans un autre pays, et une année s'étant écoulée, il revient et lui demande :

12.

"saámi !UU kUha’´ ? - ´)´) !UU bо’´!

 

saámi    UU         kUha’´      ´)´)     UU                 bо’´

//ami/se trouver-d3/I-proN.tu//oui//se trouver-d3/A-proN.je//

(ami . présence . y a-t-il-de toi? .. oui .. présence . il y-a-de moi)

 

"Ami ! Es-tu là ?    -Oui ! Je suis là !

13.

- рá kU yihanõdaUái. - hU@mãh´´[9]!

 

рá kU      yi-ha-nõ-daUá-i                    hU@mã-h´´

//term./I.1/dir-tu-je+virt-découvrir-d1// non-encore//

(il-y-a . tout de suite . découvrir-virtuel-de toi-par moi .. pas encore!)

 

- Je vais te libérer.  -Non, pas encore !

14.

- ´)´). bUnĩbU. k´)i hípããh´´  dUt´@  hẽs´)’bei ?

 

´)´)  bUnĩbU   k´)i hí.pãã-h´´                dU-t´@      hẽ-s´)’be-i

//oui//possible//et/quel.quantité-encore/Q.1-int./tu+virt.-être fort-d1//

(soit .. possible .. et . quelle quantité . y a-t-il . encore . force-virtuelle-de toi ?)

 

- Soit. Mais combien de temps encore vas-tu garder des forces ?

15.

- Uisidé ĩ) õbоá bUs´’beih´´. - hIII[10]!"

 

Uisidé ĩ)       õbоá     bU  nõ-s´’be-i-h´´                          hIII

// unité/soleil/longueur/A.1/je+virt.-être fort-d1-encore// d'accord //

(longueur . unité de . soleil . il-y-a . être fort-virtuel-de moi-encore .. d'accord !)

 

- Encore toute une année. - Eh bien, d'accord ! "

16.

уẽk´)k´)  bU kua UhUk´)  уа´ра[11]  уẽ´)i.

 

уẽ-k´)-k´)                  bU kua      UhU-k´)             уа-´ра      уẽ-´)-i

// r31+dépl.2-dire-or/et/A.1/term./à nouveau-limit./r31-référ./r31-aller-d1 //

(or-dire-de lui, et . il-y-a . ça y еst . à nouveau . départ-de lui . à l'égard-de lui)

 

Il dit cela et la laisse à nouveau.

17.

k´)i yaka Uisidé ĩ) yẽĩhU@Uiak´)     bU  UhUk´) уаа yẽĩn´)i

 

k´)i yaka  Uisidé  ĩ)     yẽ-ĩ-hU@U-i-a-k´)                     bU  UhU-k´)  уа-а yẽ-ĩn´)-i

//et/proN.31/un/soleil/r31-dépl.3-marquer-d1-en-limit./A.1/à nouveau-limit./r31-en/r31-interroger-d1//

(et . dans-disparition-de lui . un . soleil . il-y-a . à nouveau . question-de lui-par lui)

 

Une année s'étant écoulée, il lui demande à nouveau :

18.

"saámi ! yo’yáfi ! UU  kUha’´ ? - ´)´) ! náUU’´ !

 

saámi yo’yáfi U-U      kU-ha’´   ´)´)   U-U          b-о’´

//ami //tortue//présent-d3/I-proN.tu//oui//présent-d3/A-proN.je//

(ami! .. tortue .. présent . es-tu? .. oui .. présent . je suis)

 

"Ami ! Tortue ! Es-tu là ? - Oui ! Je suis là !

19.

- ´)´). bUnĩbU. dIi´@  bUnĩbU hU@mã haba’ini  ha’´.

 

´)´)  bUnĩbU    dIi-´@     bU-nĩbU hU@  ha-ba’i-ni             ha’´

//oui//possible//vrai-par/A.1-inf./nоn/tu-manger-fréq.+d1/proN.tu//

(oui .. soit .. par-le vrai . il-y-a-donc . non . manger-de toi . toi .

рá kU yihanõdaUai.I

рá       kU   yi-ha-nõ-daUa-i

/term./I.1/dir.-tu-je+virt.-découvrir-d1//

y a-t-il . ça y est . découvrir-virtuel-de toi-par moi ?)

 

- Bon. Soit. C'est vrai que tu ne manges pas. Je vais te libérer.

20.

- ´)´) !U@ уоаdаUа".

 

´)´)   U@            у-о-а-dаUа

//oui // allons // dir.-je-tu+imp.-découvrir//

(oui .. découvre-moi !)

 

- C'est ça ! Délivre-moi."

21.

k´)tá bU[12] ika  bUhápé  уаbа’ini.  ñõĩk´)  bUhápé  Uyabeni[13].

 

k´)   bU i-ka    bU-há-pé     уа-bа’i-ni            ñõĩ-k´)     bU-há-pé        U-ya-be-ni

//or/A.1/p3-vers/А.1-tеst.-t2/r31-manger-fréq.+d1//terre-limit./A.1-test.-t2/r1-r31-mаngеr-fréq.+d1//

(or . il-y-a . dans-cela . il-y-a dit-on . manger-de lui .. il-y-avait dit-on . manger-par lui-de cela. terre)

 

En fait, dit-on, la tortue mangeait. Elle mangeait de la terre.

22.

k´)i  уẽĩ’íká  bU  уо’yáfi  b´’i  Uyabeni.

 

k´)i  уẽ-ĩ’í-ká      bU-há  уо’yáfi  b´’i  U-ya-be-ni

//et/r31-être-car/A.1-test./tortue/terre/r1-r31-manger-fréq.+d1//

(et . car-être-de lui . il-y-a dit-on . manger-de cela-par lui . tortue . terre)

 

C'est pour cela que la tortue, dit-on, mange de la terre.

23.

k´)ihẽ  bUU@ nõkó yayah))dUii        уiуауаiаii.

 

k´)-i-h           bU U@     nõkó     ya-ya-hU-´))dUi-i                уi-уа-уа-iаi-i

//et-p3-depuis/A.1/allons/suivant/r31-r31-creuser-durat.-d1/dir.-r31-r31-tirer-d1//

(et . après-cela . il-y-a . ensuite . creuser-de lui-par lui . extraction-de lui-par lui)

 

Donc, le jaguar creuse et creuse, il la libère.

24.

"Udí nõpõõ  kẽka[14], hU@Uka  U  haoU’téka

 

U    nõ-põõ kẽka           hU@  Uka      U-dí    ha-o-U’té-ka

//r1-p2/je-odeur/C.1-proN.1/nоn/proN.1/r1-p2/tu-je-tromper-et/

(par cette odeur-mienne. il-y-a-vraiment. non. tromperie-de toi-par moi)

уаU@hUmã ĩ) рã㏠kẽ[15] hU@mã о’´ оbа’ini.

уа-U@hU ĩ)      рã㏠      kẽ  hU@ о’´      о-bа’i-ni

/r31-deux/soleil/quantité/C.1/non/proN.je/je-manger-fréq.+d1//

il-y-a-vraiment . non . manger-de moi . quantité . de deux soleils)

 

"Tu vois bien ! Je ne t'ai pas trompé. Je ne mange vraiment pas pendant deux ans.

25.

h´)´))!U@ ha'´ nõkó.

 

  h´)´))ká u’U@   ha'´   nõkó

//opt./va/allons/proN.tu/suivant//

(que . tu y ailles . à toi . suivant)

 

Allons, maintenant, à ton tour.

26.

ha’´  pã㏠ ĩ)ya  dU hU@mã haba’ini ?

 

ha’´          .pã㏠           ĩ)ya  dU  hU@     ha-ba’i-ni

//proN.tu/quel.quantité/soleil/Q.1/non/tu-manger-fréq.+d1//

(toi . quelle quantité . y a-t-il . mon . manger-de toi)

 

Combien de soleils** restes-tu sans manger ?

27.

- Uisidé  ĩ)  õbоá ",

 

Uisidé   ĩ)   õbоá

//un/soleil/longueur//

 

- Tout un soleil",

28.

уаdо  bUhápé  уаé’U.

 

yа-dо       bU-há-pé  уа-é’-U

//r31-p1/A.1-test.-t2/r31-dire-d3//

(celui-ci . est dit-on . celui-qui-dit)

 

avait dit le jaguar à la tortue.

29.

уаdо  ĩe  nарó’k´)niU   bayahápé   уаé’U,

 

yа-dо       ĩ-e        nа-рó’k´)-ni-U        baya-há-pé  уа-é’-U

//r31-p1/rF-en/dépl.2-voir-fréq.-d3/А.31-test.t2/r31-dire-d3//

(celui-ci. qui-est vu .était-dit-on . dit-par lui)

 

Il avait dit un soleil-qu'on-voit [un jour],

30.

k´)tá bU yaka уо’yáfi bU уаdо  ĩ)  nihU@UniU   yẽĩé’U.

 

k´)  bU  yaka уо’yáfi  bU   уа-dо  ĩ)     ni-hU@U-ni-U                   yẽ-ĩ-é’-U

//or/A.1/proN.31/tortue/A.1/r31-p1/soleil/dépl.3-manquer-fréq.-d3/r31-rF-dire-d3//

(or . lui . tortue . celui-ci . qui-disparaît . est . disant-cela)

 

mais la tortue avait dit, elle, un soleil-qui-disparaît [un an ].

31.

k´)ihẽ  bU  U@  nõkó  siyayahU’рI@i.

 

k´)-ĩ-hẽ            bU  U@  nõkó       si-ya-ya-hU’рI@-i

//et-p3-depuis/A.1/allons/suivant/dir.-r31-r31-enterrer-d1//

(puis . il-y-a . ensuite . enterrer-de lui-par lui)

 

Donc, la tortue enterre le jaguar.

32.

k´)tá bUU@  nõkó  yayadikoi.

 

k´)  bU  U@   nõkó     ya-ya-diko-i

//or/A.1/allons/suivant/r31-r31-couvrir-d1//

(puis . il-y-a . ensuite. couvrir-de lui-par lui)

 

Puis elle le recouvre.

33.

k´)tá bU yadoi   bUhápé   yaka  уо’yafi niе  fasok´)  yẽyii.

 

k´)  bU  ya-do-i      bU-há-pé   yaka   уо’yafi  ni-е faso-k´)          yẽ-yi-i

//or/A.1/r31-savoir-d1/A.1-test.-t2/proN.31/tortue/rF-en/rapide-adverb./r31-mourir-d1//

(or . il-y-avait-dit-on . savoir-par lui . tortue .rapidement . mort-de lui)

 

Elle savait bien, elle, qu'il allait mourir vite.

34.

bU siyayahU’pI@i.

 

  bU si-ya-ya-hU’pI@-i

//et/A.1/dir.-r31-r31-enterrer-d1//

(et . il-y-a . enterrer-de lui-par lui)

 

Donc, elle l'enterre,

35.

k´)tá bU hU@mã híboka[16] ´)Uk´)   iak´)   ya))dUii.

 

k´)  bU hU@ hí.bo-ka          ´)-U-k´)              i-a-k´)          ya-U-´))dUi-i

//or/A.1/non/quel.endroit-vers/aller-d3-limit./p3-en-limit./r31-être-durat.-d1//

(or . il-y-a . non . aller . à-quelque part . là-même . rester)

 

mais elle ne va nulle part, elle reste là.

36.

kadedaia   Uta  ĩ)  yaUh´n´)e   bU

 

ka-dedai-a    Uta  ĩ)   ya-U-h´n´)e     bU

//nous-zénith-en/emph./soleil/r31-être-lorsque/A.1//     

(lorsque-être-de lui . soleil . il-y-a . sur-notre-сimе)

 

Et lorsque le soleil est à son zénith :

37.

"saámi !UU kUha’´ ? - ´)´). pá kU  рã㏠ ĩ)  ó´@  yẽĩhU@Ui ?

 

saámi    U-U kU-ha’´  ´)´)         kU  hí.рã㏠ ĩ)  ó-´@          ye-ĩ-hU@U-i

//ami//être-d3/I-tu//oui//term./I1/quel.quantité/soleil/je-par/r31-dépl.3-manquer-d1//

(ami .. présence . y a-t-il-de toi? .. oui .. combien . soleil . pour-moi . disparition-de cela ?)

 

"Ami ! Es-tu là ?    - Oui. Combien de soleil a déjà passé ?

38.

- hU@mãh´´  bU hañéUtoái[17]", bUhápé уауаé’i

 

hU@mã-h´´ bU ha-ñéUto-á-i           bU-há-pé        уа-уа-ẽ’-i

//non-encore/A.1/tu-obscurcir-rf.-d1//A.1-test.-t2/r31-r31-dire-d1//

(il-y-a . non-encore . obscurité-pour toi .. il-y-avait . dire-à lui-par lui)

 

- Tu n'en es pas encore à l'après-midi", avait dit la tortue.

39.

- ´)´). bUnĩbU". ká bU  iahá  nõkó, k´)i dí’а yaUh´n´)e

 

 ´)´)  bUnĩbU   bU   i-ahá   nõkó  k´)i dí’а    ya-U-h´n´)e

//oui//soit//et/A.1/p3-depuis/suivant/et/p2-en/r31-être-lorsque/

(oui .. soit .. et . il-y-a . ensuite . et . lorsque-être-de lui .dans-cela .

bUhápé  UhUk´)  yẽĩn´)i.

bU-há-pé    UhU-k´)               yẽ-ĩn´)-i

A.1-test.-t2 nouveau-limit./r31-interroger-d1//

il-y-eut-dit-on . interrogation-de lui)

 

"Ah ! bon". Plus tard, lorsque le soleil en est là***, la tortue interrogea à nouveau.

40.

k´))séha[18] bUhápé  u’pããk´)   уiуẽрa’i

 

k´))séha bU-há-pé   u’.pãã-k´)                  уi-уẽ-рa’-i

//hélas/A.1-test.-t2/petit.quantité-limit./dir.-r31+dépl.2-répondre-d1//

(mais. il-y-eut-dit-on . réponse-de lui . en petite quantité)

 

Mais le jaguar répondait faiblement,

41.

kua  Uka  kU@’yii  U  yẽĩ’ei

 

kua                  Uka     kU@’yii U-m㏠   yẽ-ĩ’e-i

//term.(passé)/proN.1/faim/r1-avec/r31-être fatigué-d1//

(déjà . avec-la faim . fatigue-de lui)

 

il était déjà épuisé par la faim.

42.

k´)i  ñé’Uima bUhápé   UhUk´)  yẽĩn´)i.

 

k´)i  ñé’Uima    bU-há-pé   UhU-k´)                  yẽ-ĩn´)-i

//et/après-midi/A.1-test.-t2/à nouveau/r31-interroger-d1//

(et . il-y-eut-dit-on . l'après-midi . à nouveau . interrogation-de lui)

 

A la tombée du jour, elle interrogea à nouveau.

43.

k´))séha bUhápé   u’рããUtak´)[19] уiуẽрa’i.

 

k´))séha bU-há-pé    u’.рãã-Uta-k´)                     уi-уẽ-рa’-i

//hélas/A.1-test.-t2/petit.quantité-emph.-limit./dir.-r31+dépl.2-répondre-d1//

(mais . il-y-eut-dit-on . réponse-de lui . en-très-petite-quantité)

 

Mais il répondait très faiblement.

44.

)pU@n´))  UhUk´)  ĩn´) U  bayahápé  kua "r)si. r)si[20] yẽk´))i.

 

)pU@.n´))            UhU-k´)   ĩn´)-U   baya-há-pé   kua   r)si    r)si       yẽ-k´))-i

//maintenant.heure/à nouveau-limit./interroger-d3/A.31-test.-t2/term.(passé)/ ransi/ransi/r31+dépl.2-dire-d1//

(à-cette-heure . à nouveau . il-était-dit-on . interrogeant . déjà . faisait . le bruit [ransi ransi])

 

Vers cette heure-ci****, elle l'avait à nouveau interrogé ; il en est aux râles des agonisants.

45.

k´)ĩhẽ  bU : "saámi! saámi!" yẽk´))k´))séha  bU kua hU@mã yiyẽpa’i.

 

k´)-ĩ-hẽ        bU saámi saámi  yẽ-k´))-k´))séha        bU kua  hU@  yi-yẽ-pa’-i

//et-p3-depuis/A.1//ami/ami//r31+dépl.2-dire-hélas/A.1/term./nоn/dir.-r31+dépl.2-répondre d1 //

(et-alors . il-y-a .. ami! . ami! .. dire-de lui-hélas . non . réponse-de lui)

 

Elle lui dit : "Ami! Ami!", mais il ne répond plus.

46.

bUU@  nõkó  yayahU’i,

 

  bU  U@   nõkó        ya-ya-hU’-i

//et/A.1/allons/ensuite/r31-r31-creuser-d1//

(et . ensuite . il-y-a . creuser-de lui-par lui)

 

Alors, elle creuse,

47.

k´)tá bU yiyaẽĩUtai,     k´))séha bU kua yayii.

 

k´)   bU  yi-ya-ẽĩUta-i            k´))séha  bU   kua   ya-yi-i

//or/A.1/dir.-r31-r31-sortir-d1//hélas/A.1/term./r31-mourir-d1//

(alors . il-y-a . sortie-de lui-par lui .. hélas . il-y-a . déjà . mort-de lui)

 

elle le sort, mais il est déjà mort.

48.

yayiihaá   bU U  Uka yapĩkUdUp´U@  уа´))’U   obohaá

 

ya-yi-i-haá             bU   U-dí    Uka     ya-pĩkUdU.p´U@  уа-´))’-U         o-bohaá

//r31-mourir-d1-de/A.1/r1-p2/proN.1/r31-vivre.gorge/r31-dire-d3/r30-depuis/

(depuis-sa-mort . il-y-a . cela . cet . depuis-sa . appelée-par lui . gorge-de vie .

Uínа  soyadók´)    yaka ĩñõ  yafí рéе[21]  soyaUi,

Uínа   s-o-ya-dó-k´)              yaka      ĩñõ     ya-fí           рéе     s-o-ya-U-i

/ainsi/dir.-r30-r31-prendre-or/proN.31/jaguar/r31-bouche/préV.(répandre)/dir.-r30-r31-faire-d1/

prise-de-cela-par lui . ainsi . сe . jaguar . et . répandre-de cela-par lui . sa-bouche .

yafí´@   UhUk´) рéе soyaUi

ya-fí-´@                            UhUk´)                 рéе                        so-ya-U-i

/r31-bouche-par/à nouveau-limit./préV.(répandre)/dir.-r30-r31-faire-d1 //

par-sa-bouche . à nouveau . répandre-de cela-par lui)

 

Comme il est mort, elle le dispose ainsi, et du fond de sa gorge qu'elle appelle "gorge de vie", elle asperge de son eau la bouche du jaguar ; elle asperge et asperge,

49.

bU UhUk´) síyẽhẽẽi.

 

  bU UhU-k´)                 sí-yẽ-hẽẽ-i

//et/A.1/à nouveau-limit./dir.-rЗ1+dépl.2-respirer-d1//

(et . il-y-a . à nouveau . respiration-de lui)

 

il respire à nouveau.

50.

"´)´). bUnĩbU. hU@mã уó’hU bUhanĩbU[22]. ohaU’ték ´)   bUnĩbU.

 

 ´)´)    bUnĩbU   hU@  уó’hU   bU-ha-nĩbU   o-ha-U’té-k´)  bUnĩbU

//oui//soit//non/homme/A-proN.tu-inf.//je-tu-tromper-d1/А.1-inf.//

(oui .. soit .. non . homme . tu-es .. il-y-a-donc . tromperie-de moi-par toi)

 

"Alors ! Tu vois ! Tu n'es donc pas un homme. Tu m'as trompé.

51.

tí’i mõnа bUha´", уауаé’i,

 

tí’i              bU-ha´       уа-уа-é’-i

//femme/comme/A-proN.tu//r31-r31-dire-d1//

(comme . femme . tu-es . dire-par lui-à lui)

 

Tu es comme une femme, lui dit-elle.

52.

"ní)pU@ уó’hU bо’´'  hẽk´))d´   kẽ’ẽ". ia   Uiko  уауаé’i.

 

)pU@       уó’hU    b-о’´         hẽ-k´))-d´            kẽ’ẽ     i-a  Uiko    уа-уа-é’-i

//maintenant/homme/A-proN.je/tu+dépl.2-dire-interd./C.1/p3-en/seul/r31-r31-dire-d1//

(maintenant . homme . je-suis . interdit-dire-de toi . il faut .. seul . laisser-de lui-par lui).

 

A partir de maintenant, ne va pas dire 'je suis un homme' ". Elle le laisse là, seul*****.

 



[1] Il s'agit d'une marque de propos rapporté (note de l'éditeur, 2005)

[2] Contrairement à l'article "L'énoncé en langue andoke : sujet ou focus ?", écrit en 1973 (cf. Amérindia n° 1, p. 19), nous avons préféré revenir à la notion de sujet. Tous les éléments "focalisables" de l'énoncé sont en effet de nature nominale, même l'actualisateur (ce dernier point n'était pas apparu au stade antérieur de la recherche). Il n'y a donc pas de raison d'introduire une notion de "focus" différente de celle de "sujet", pourvu qu'on donne à cette dernière une valeur bien définie : celle d'une fonction qui met en évidence n'importe lequel des nominaux de l'énoncé, ou même aucun.

[3] Le suffixe d'assertif -hápé fait de l'énoncé où i1 apparaît un témoignage d'événement passé. L'apparition de -hápé exprime le passage au métalangage du récit. On l'exprime dans la traduction par le passé.

* Il s'agit de la tortue de terre "morrocoy", animal masculin. Comme le jaguar iñõ, il est représenté par le pronominal ya-. On peut remarquer les différents procédés pour lever les ambiguïtés créées par cette coïncidence.

[4] Bien qu'analysables (cf. traduction juxtalinéaire), les suites bUnibU, dа h«)), Ù@nõkó sont des lexies uniques qui expriment respectivement : "soit, possible" , "allons, vas-y ; j'aimerais bien que", "et après".

[5] Le radical -hU’- forme un verbe normalement transitif. Le suffixe récessif -- permet de le transformer en intransitif.

[6] Usage du récessif -sé- (cf. énoncé 7).

[7] La suffixation de -k«)  à un radical verbal en fait un adverbe de manière.

[8] Enoncé complexe. La principale est : ...bU...yaa ye$i$n«)i. Uisidé ye$i$hU‚Uk«)k«) est une subordonnée de temps. ku’síka... уiуe$«)fU‚k´$ et уe$poo‚ká sont des subordonnées introduites par la désinence verbale coordinative -ka‚.

[9] Le suffixe -h«« a une grande liberté syntaxique. Bien que semblable par ses fonctions à une particule d'aspect, on le trouve après les verbes, les noms, les assertifs.

[10] hööö est un cri d'acquiescement, de réjouissance, d'admiration.

[11] -«pa, cas nominal, réfère le prédicat au pronom décliné. C'est un datif "éthique".

[12] Le narrateur fait souvent suivre la particule de jonction qui introduit l'énoncé, d'un assertif facultatif qui ne doit pas être confondu avec l'assertif, sujet de l'énoncé.

[13] -be- : verbe "manger" au transitif ; à l'intransitif, cf. –ba’i-

[14] Udí nõpõõ kka (cf. la traduction littérale) est une lexie "je le sentais bien , c'est mon flair, etc.".

[15] k  fait de l'assertion une affirmation catégorique.

** "année" et "journée" se disent "soleil", d'où le quiproquo qui suit.

[16] -, déterminant de nom indéfini en contexte affirmatif, interrogatif en contexte interrogatif (cf. 37).

[17] Le suffixe verbal -á- modifie le rôle de l'actant verbal qui devient bénéficiaire ou référence du procès. On a :

Un$e‚toi "ça obscurcit" vs. han$eU‚toai "(ça) obscurcit pour toi".

*** Le conteur montre un point imaginaire dans le ciel.

[18] k«))séha manifeste la réponse à une attente (hélas !, heureusement!).

[19] L'emphatique Uta est inséré dans la construction nominale.

[20] Exemple d'idéophone. Les idéophones sont formés par redoublement d'un noyau expressif ou imitatif.

**** A l’heure où est racontée l’histoire, vers huit heures du soir.

[21] Certains verbes très généraux ("être", "agir", "faire") sont complétés sémantiquement hors de la flexion par des unités lexicales invariables nommées "pré-verbes" (cf. traduction juxtalinéaire).

[22] nĩbU, hors de la lexie mot-phrase  bUnĩbU donne à l'assertion une valeur de conclusion, d'inférence.

***** La tortue (en fait le tortue en andoke) est furieuse. Non seulement le jaguar n'a pas tenu un an comme elle croyait qu' il avait dit, mais il n'a раs même tenu un jour.